Chevalier Jedi V3 Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Amusons nous....
Aller à la page: 1, 2  >
 
Répondre au sujet    Chevalier Jedi V3 Index du Forum » Championnat Interplanètaire de POD RACER » Ville Sujet précédent
Sujet suivant
Amusons nous....
Auteur Message
Jachiru
~*Main de Blood*~

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2007
Messages: 24

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Il avait faillit passer une bonne journée, croyant que Mary et Psylek allaient mourir lors de la course il pensait être enfin tranquille et repasser à ses habitudes… Mais cela ne fut pas comme il l’aurait pensé, Mary était arrivée première et Psylek avait réussit à s’éjecter de son pod avant de mourir.
 
Il avait finit par s’en aller, sur la route il sentit que quelques petits problèmes venaient de ca et la, ne se souciant pas vraiment d’eux il continua sa route ressentant la détresse de la population lorsque l’astroport explosa, il avait de nouveau le sourire, cela commençait enfin à être amusant et toute cette peur environnante lui donnait du baume au cœur. Il marcha de ci de la, saluant les civiles qui criaient, pleuraient des membres surement disparus et s’arrêta alors après avoir eu une idée lumineuse… Non une idée explosive. Il chercha dans sa tête des contre indications quant à la façon de gérer les futures lames de Blood et ne se rappela de rien qui aurait put l’empêcher sur le moment de mener à bien son plan. Il récupéra une cape rouge sur son passage, l’enveloppa  autour de lui et prit les air de son cousin, il devait passer incognito pour le moment, il voulait prendre du plaisir mais si cela lui donnait aussi l’occasion d’emmener les deux recrues dans des endroits qu’ils n’avaient jamais visiter alors il n’en serait que plus puissant dans le futur…
 

 
Il était enfin arrivé devant l’hôtel, il entra d’un pas souple faisant oublier sa venu a chaque employé de l’hôtel et senti alors Mary…
 
*…*
 
« Il faut toujours qu’elle n’en fasse qu’à sa tête… »
 
Disparaissant alors dans les escaliers il s’en alla s’aidant de la force jusqu’au couloir ou se trouvait la jeune femme… Elle était nue, couverte et sang sa chambre n’était guère mieux, elle hurla alors son nom et il se limita à poser son index sur sa bouche. Tout devint alors étrangement calme, les autres touristes rentrèrent dans leurs chambres, ayant oublié la présence de Mary nue et celle du sith. Quant à la jeune sith elle perdit connaissance et tomba par terre inerte.
 
« Tu veux ma peau jeune fille, je viens ici pour voir ce qu’ils valent, il me dit que ce sont des futurs Sith, il est plein d’espoir et si je m’en occupe tout ira pour le mieux… Et je tombe sur une femme qui ne sait se contrôler qui crie mon nom a tord et à travers… Au moins elle a commencé à émerger dans la force… Tout n’est peut être pas perdu, esperons que l’autre ne fasse pas le même genre… »
 
Il entra alors dans la chambre continuant quelques instants à se plaindre de Blood, bougonnant qu’il devrait songer à mettre fin à ces jours au plus tôt pour ne plus avoir des apprenties aussi désorientés et souleva Mary en la posant sur son épaule… Une main sur la fesse de la jeune femme il partit en direction de la salle de bain.
 
« Blood sache que chaque chose que je suis en train de faire va sérieusement réduire ton temps de vie… »
 
Il posa alors la jeune femme dans la baignoire, enleva sa bure et sa chemise pour ne pas les mouiller et la lave, tout alla très vite, il n’avait pas le temps de s’attarder sur son corps mais pensait tout de même à la voir comme cela éveiller… Ce serait déjà plus attrayant. Une fois lavé il la remit sur son épaule et s’en alla lui prendre des affaires, il ne s’attarda pas sur la façon dont il l’habillait sentant que la garde de Tatooine commençait à arriver…
 
« Tu ne feras pas cas de la manière dont tu es habillé hein ? C’est bien tu es gentille d’être aussi indulgente envers moi… »
 
Il l’a laissa alors sur le fauteuil non touché par le sang, partit remettre ses affaires sur lui et revient la chercher pour la mettre de nouveau sur son épaule avant de passer la porte défoncé…
 
« Je suis pressé et je n’ai franchement pas le temps la… Ho et puis j’en ai marre d’être gentil avec tout le monde aujourd’hui… »
 
Il était encerclé par six hommes, trois de chaque cotés, ceux-ci parlèrent entre eux avant de lui sauter dessus.
 
« Enfin je vais pouvoir jouer aussi ! »
 
Il posa la jeune femme au sol et envoya son premier sabre dans la gorge d’un homme derrière lui l’activant il lui coupa la tête et envoya le second sabre  dans le cœur du second derrière lui quant au troisième il se retrouva encastrer dans le plafond, Jachiru caché par sa bure souriait, il voulait faire durer le plaisir mais n’avait malheureusement pas vraiment beaucoup de temps devant lui et décida donc de se limiter à un jouet, les trois derniers hommes lui sautèrent ensemble dessus, celui qui était au centre vit alors des éclair rouges le touché et en laissant échapper un crie de douleur il vint s’encastrer au bout du couloir plier en deux et fumant de toute part, il envoya celui de gauche un peu plus loin, décidant que ce serait lui son jouait et coupa les membres de celui de droite sans vraiment s’en soucier… Il rangea alors son sabre et enleva sa capuche, laissant apparaître un regard que peu connaissait, il souriait non pas des ses précédent crimes mais de celui qui allait arriver…
 
« Je te laisse ta vibro hache, je ne prends aucune armes, d’ailleurs je ne me servirais que de mon bras droit ^^. Alors finis en avec moi, fais lui l’amour et tue la, tu reviendras en héro pour avoir tué l’un des plus grands bandits de cette planète la récompense sera pour toi seul… »
 
L’homme parut brouillé quelques instants, il venait d’entrer dans l’illusion du sith et souriant de toute ses dents sauta vibro-hache en l’air sur l’homme. Tout se passa alors très vite pour lui, la hache frappa le vide, quelques secondes plus tard il le vit de nouveau et voulut lui resauter dessus mais sentit que ses pieds l’avait quitté il voulut crier mais aucun son ne vint, Jachiru lui coupa alors chacun de ses doigts, puis vint les mains et le reste des jambes pour ne laisser que le tronc et la tête de l’homme.
 
Jachiru récupéra alors Mary, elle ne tarderait pas à se réveiller maintenant et il ne comptait pas la garder sur lui tout le long…
 
«Ha oui j’oubliais, tu ne mourras pas car j’ai arrêté chacune des hémorragies, par contre je crois avoir laissé une ou deux petites bestioles… Je suis désolé elles ont dut tomber la par erreur =x, amuse toi bien tu devrais en avoir pour quelques heures, elles mangent tout mais prennent leurs temps =). Ho et n’essaye pas d’avaler ta langue elle est ici, tu ne perdras pas non plus connaissance =). »
 
La langue de l’homme venait de tomber par terre à l’endroit ou se trouvait précédemment Jachiru et se laissant bercer par les cries de douleur le sith s’en alla alors vers le garage de Pod.
 

 
Il était arrivé au garage et avait récupéré psylek de la même manière qu’il avait eu Mary, non pas parce que celui-ci était en train de hurler son nom ou autre mais tout simplement parce qu’il était ennuyer de devoir expliquer quoi que ce soit pour le moment. Il avait mit le garçon sur son épaule valide et avait ensuite disparut vers une colline touchant la ville, il laissa alors tomber les deux jeunes sith comme des paquets et après qu’ils furent assez aware pour écouter il parla en regardant la ville.
 
« Je vais aller vite, j’oublie vos erreur pour le moment, non pas parce que c’est mon anniversaire ou bien parce que Blood est mort mais parce que ce qu’il se passe ici est une bonne chose pour nous… Un « ami » a décidé de s’attaquer au sauveur du dimanche, il nous a donc laissé le droit de nous amuser par la même occasion ^^.  Donc voila le topo, je ne vous demande pas grand-chose pour le moment, cibler divers endroits de la ville, tuer quelques passant ou bien pousser les à se tuer, vous devez savoir faire ça je n’en doute pas… Vous pouvez tout aussi bien cibler des étudiants ou des padawan cela ne me dérange pas mais ils ne sont jamais seul c’est ennuyeux pour le moment… Alors pourquoi ne pas faire en sorte de les séparer ? Ils sont prit par des événements qui pour le moment nous sont profitable, profitez en, servez vous de votre force, montrer moi votre pouvoir, je veux voir le sang, la peur, la colère et la joie dans vos yeux ainsi que ceux de vos victimes… Je vous fais même un cadeau. »
 
Il envoya alors deux sabres laser au jeunes sith, ils étaient fins, à lames rouge et un crane ornait les pommeaux…
 
« C’est un de vos prédécesseur qui c’était amusé à les customiser ^^, il n’a pas crut bon d’optimiser les capacités… Ils sont donc vôtres pour le moment, demander moi tout ce que vous voulez savoir maintenant ensuite je ne serais que spectateur =).Je ne vais pas tout le temps être aussi bon envers vous alors profitez. »
 
[HRP] C’est flou, long et tout mais au moins j’espère que vous comprenez les grandes lignes ^^, je vous laisse poster à ma suite puis je vous enverrais sur le terrain ^^, c’est assez simple nous sommes des sith alors agissons en tant que tel =).[/HRP]


Lun 21 Jan - 22:08 (2008)
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Lun 21 Jan - 22:08 (2008)
Mary
~*étudiant(e)s/côté obscur*~

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2007
Messages: 156
Localisation: Dans tes rêves érotiques les plus fous...

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Mary reprit connaissance difficilement et une énorme céphalée étreignait son esprit endolori.

Où suis-je, que s’est-il passé ?

Puis la jeune femme vit qu’elle était sur une colline près de la ville. Elle sentit et vit immédiatement la présence de Jachiru, et fit ce que tout apprenti devait faire devant son maitre : elle se mit à genoux en signe d’allégeance.

Mary remarqua qu’elle était lavée et habillée. En effet, Mary était vêtue d’un haut rouge et d’une jupe rouge également qui lui avaient été enfilés à la hâte. Elle se sentait laide. Son visage devait exprimer toute sa souffrance et l’absence de maquillage ne concourrait pas à la rendre plus belle, ou du moins présentable.

Malgré cette apparente propreté, elle se sentait souillée de l’intérieur. Elle se rappela son père et les trois gredins revenus à la vie. Etait-ce un rêve ? Une douleur dans le bas ventre lui indiqua immédiatement le contraire.

Psylek était présent lui aussi et Jachiru les regardaient de haut comme de véritables ordures. Enfin, comme un maître Sith regardait des faibles apprentis. Mary savait qu’elle l’avait déçu mais le choc de revoir son père et surtout dans ses conditions était immense.

Jachiru prit la parole d’un ton dédaigneux qui le caractérisait.

Je vais aller vite, j’oublie vos erreur pour le moment, non pas parce que c’est mon anniversaire ou bien parce que Blood est mort mais parce que ce qu’il se passe ici est une bonne chose pour nous… Un « ami » a décidé de s’attaquer au sauveur du dimanche, il nous a donc laissé le droit de nous amuser par la même occasion ^^. Donc voila le topo, je ne vous demande pas grand-chose pour le moment, cibler divers endroits de la ville, tuer quelques passant ou bien pousser les à se tuer, vous devez savoir faire ça je n’en doute pas… Vous pouvez tout aussi bien cibler des étudiants ou des padawan cela ne me dérange pas mais ils ne sont jamais seul c’est ennuyeux pour le moment… Alors pourquoi ne pas faire en sorte de les séparer ? Ils sont prit par des événements qui pour le moment nous sont profitable, profitez en, servez vous de votre force, montrer moi votre pouvoir, je veux voir le sang, la peur, la colère et la joie dans vos yeux ainsi que ceux de vos victimes… Je vous fais même un cadeau.

Jachiru lança alors deux sabres par terre, ornés d’une tête de mort, en expliquant :

C’est un de vos prédécesseur qui c’était amusé à les customiser ^^, il n’a pas crut bon d’optimiser les capacités… Ils sont donc vôtres pour le moment, demander moi tout ce que vous voulez savoir maintenant ensuite je ne serais que spectateur =).Je ne vais pas tout le temps être aussi bon envers vous alors profitez.

Mary fixa le sabre. Elle tendit la main vers l’objet, ferma les yeux, se concentra et tenta de rééditer l’exploit de la chambre. Elle représenta mentalement sa main, le sabre par terre puis imagina un lien invisible entre le sabre et sa main formé par un flux de Force.

Elle se concentra et quand elle rouvrit les yeux, le sabre était dans sa main. Elle l’observa longuement et tenta de l’apprivoiser. Comme les commandes du Pod qui formait une suite logique au bras, le sabre devait former la suite logique de son bras, pour remplacer sa main et ainsi faire partie intégrante d’elle-même. Elle devait fusionner le sabre avec elle dans la Force. Mais, bien sur, sans entrainement, ce serait dur d’y parvenir.

C’était une des premières fois que Mary touchait un sabre laser, du moins un sabre laser qu’elle pouvait considérer comme le sien temporairement.

Elle eut alors envie de décapiter Psylek. Cela ferait un apprenti de moins et Mary n’aimait pas tellement le jeune Sith. Mary réprima néanmoins cette idée qui aurait surement déplu à Jachiru. Oh non pas que la maitre devait aimer le jeune Sith mais il en avait encore certainement besoin. La preuve : il était en vie malgré sa défaite à la course.

Mary, toujours la tête baissée, voulut alors s’excuser de son comportement envers Jachiru mais elle réfréna aussi cette idée. Un Sith ne s’excuse pas et à vrai dire, Mary était beaucoup trop fière pour s’excuser. Mary fit le calme dans son esprit et demanda alors :

Maitre. Pensez-vous que l’on soit digne de ce présent ? Bien évidemment que non. Ma première réaction aurait été de vous le rendre pour prouver votre supériorité mais vu les évènements qui se trament, je vais finalement le garder même si je ne suis pas sûre de pouvoir m’en servir. Maitre, qu’attendez-vous de nous ? Comment doit-on agir ? Ou doit-on précisément aller ? Semer la panique ne servirait pas à grand-chose car elle a déjà été semée mais agir en douceur serait plus judicieux. Que pensez-vous d’un soulèvement dans les bas quartiers ? Si la misère de toute la ville Tahc était dévoilée d’un coup au grand jour et à la face d’une population déjà terrorisée ? Si les gangs revenaient en force dans la ville piller et détruire et semer la terreur parmi les bonnes gens ? Je pourrais lever une armée là-bas très facilement. Faites-moi confiance.La tension existe et il suffit d'une étincelle pour provoquer un énorme brasier.

Mary réfléchit.

Maitre. Je veux bien me rendre dans les quartiers miteux de la ville afin de préparer ce soulèvement. Et ensuite, nous pourrions nous servir de cette deuxième vague de terreur pour tuer des apprentis jedis (GRRR) isolés doublement de leur maitre. Une fois à cause de la force apparue à l’astroport et une autre fois à cause des pillages des gangs. Maitre, ordonnez et j’obéirais.

Mary baissa la tête encore plus vers le sol pour montrer son allégeance.

_________________
Mary

Mer 23 Jan - 11:20 (2008)
Psylek
~*étudiant(e)s/côté obscur*~

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2007
Messages: 69

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Les organismes vivants cherchent à maintenir l'équilibre nécessaire pour conserver un degré optimal de vitalité et de croissance. Leur processus d'adaptation fonctionne continuellement pour veiller à cet équilibre. Chez l'homme, les émotions jouent, au plan psychique, un rôle d'informateur spécifiquement sur le degré de satisfaction des besoins.

La colère surgit lorsque l'équilibre est rompu dans un aspect de la vie. Le déséquilibre prend la forme générale d'une insatisfaction. Celle-ci peut signifier qu'un besoin est insatisfait, qu'un désir n'est pas comblé, qu'une attente est sans réponse ou peut-être même qu'un caprice n'est pas satisfait.

C'est sur cet aspect, que l'on peut comprendre à ce moment que le jeune sith éprouve bien de la colère envers lui-même, et non de la tristesse. Cette colère qui envahissait l'adolescence est vécue à l'égard de ce qu'il avait identifié, à tort ou à raison, comme étant "responsable" de sa frustration, être recalé au championnat de pod racer...

Oui, car la course c'était terminé depuis peu, et, il n'avait pas réussi à se qualifier pour la finale. Tout ses espoirs pour son peuple venaient de s'évaporer en même temps que son Pod avait quitté la piste. Il n'avait plus rien pour eux. La colère, puis la haine de son échec lui parvinrent, lui faisant monter une poussée de fièvre. Lentement, il regagnait les garages, le regard bouillonnant. Il se détestait. Il n'était même pas capable de remporter une course pour le bien de sa patrie. Il était trop faible! A peine fut-il arrivé au sein du garage de module qu'un homme fit son apparition. Un homme froid et oppressant.

Psylek n'eût pas le temps d'analyser quoi que ce soit, car la suite allait se produire aussi vite. *Qu...??* Puis aussi vite qu'une ombre il assomma le subordonné de Blood. Le frappant au cou. Il tomba au sol sous les yeux de Jachiru.Il se retrouva plongé dans les ténèbres...Noir abyssale des profondeurs de l'enfer...Aussi obscur que l'était l'âme de l'être qui venait de l'envoyer dans ce monde de désolation... Et c’est là que le sith commença son opération.

*Gnn...*

Le garçon se réveilla dans un endroits qui était loin de tout, il ne savait pas vraiment où il se trouvait, sauf qu'il pouvait voir la ville éclairée au loin. D'ailleur, c'est yeux qui se rouvrait petit à petit, ne l'avançait guère sur ceci.Une chose aussi l'intriguait, la nuit était déjà tombé sur Tatooine.

« Je vais aller vite, j’oublie vos erreur pour le moment, non pas parce que c’est mon anniversaire ou bien parce que Blood est mort mais parce que ce qu’il se passe ici est une bonne chose pour nous… Un « ami » a décidé de s’attaquer au sauveur du dimanche, il nous a donc laissé le droit de nous amuser par la même occasion ^^. Donc voila le topo, je ne vous demande pas grand-chose pour le moment, cibler divers endroits de la ville, tuer quelques passant ou bien pousser les à se tuer, vous devez savoir faire ça je n’en doute pas… Vous pouvez tout aussi bien cibler des étudiants ou des padawan cela ne me dérange pas mais ils ne sont jamais seul c’est ennuyeux pour le moment… Alors pourquoi ne pas faire en sorte de les séparer ? Ils sont prit par des événements qui pour le moment nous sont profitable, profitez en, servez vous de votre force, montrer moi votre pouvoir, je veux voir le sang, la peur, la colère et la joie dans vos yeux ainsi que ceux de vos victimes… Je vous fais même un cadeau. »

Il envoya alors deux sabres laser au jeunes sith, ils étaient fins, à lames rouge et un crane ornait les pommeaux…

« C’est un de vos prédécesseur qui c’était amusé à les customiser ^^, il n’a pas crut bon d’optimiser les capacités… Ils sont donc vôtres pour le moment, demander moi tout ce que vous voulez savoir maintenant ensuite je ne serais que spectateur =).Je ne vais pas tout le temps être aussi bon envers vous alors profitez. »

Psylek regardait le sabre laser avec admiration. Il avait enfin réussi à l'acquérir. Cette arme noble. Peut être qu'avec cela il pourrait un jour prendre le contrôle de sa planète pour redonner un sens à la vie de son peuple. Il fixait le sabre, se disant qu'un jour, celui-ci l'aiderait à irradiquer toute la bourgeoisie vivant sur sa planète. C'est avec lui qu'un pas se dessinait pour la vengeance d'une population martyr. Mais, pour le moment, il devait évoluer encore dans la Force, et cet homme semblait pouvoir le faire avancer. Il se contenta de répondre brèvement:

"Je ferais n'importe quoi pour vous maître. Tant que cela m'amène la Force...je n'aurais aucun regret à tuer. La vie de mon peuple en dépend."


Jeu 24 Jan - 12:46 (2008)
Darth Blood
~*SEIGNEUR BLOOD FOU/Admin*~

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2007
Messages: 73
Localisation: ...

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Blood se trouvait dans ses appartements du Mandalay Bay méditant comme à son habitude. En développent notre capacité à vivre dans l’instant présent nous contribuons, par nous-même, à améliorer notre qualité de vie sur tous les plans. La méditation permet de nous observer et de nous connaître en profondeur tout en abandonnant progressivement la fâcheuse habitude de juger et pire encore, de nous juger nous-même. La méditation est une méthode pratique de connaissance et de conscience de soi ; elle permet d’unifier corps et esprit. Il n’est pas utile de chercher à comprendre ce qu’est la méditation, comme il est préférable de ne pas avoir d’attentes face à sa pratique. La compréhension de la méditation ne passe pas d’abord par la tête, le mental le rationnel mais plutôt par l’ouverture progressive du coeur, de l’être, du Soi. Seul les Sages médite autant, et se fond oublier.

Dans son repli, il avait vu quelque chose. Il sentait une arrivée famillière. Un accostage imminent d'une vieille connaissance. Un être puissant, sont égal dans la Force. Cela faisait longtemps qu'ils ne s'étaient plus croisés au sein de la galaxie. Ainsi, Kaizer Skywalker avait décollé de Coruscant pour se joindre à la petite fête. Le Seigneur Noir des Sith savait une chose, il allait pouvoir profiter de tout le remu-ménage causé par la résurrection de cet être démoniaque pour pouvoir affaiblir le Conseil Jedi. D'ailleurs, en se concentrant, il pu voir que Jachiru avait lui aussi les mêmes intentions.

* Jachiru, c'est ton Maître qui te parle. Ne t'inquiète pas pour ma vie, elle va bien. Par contre, fais très attention à toi, je viens de sentir la Force du Maître Jedi Légendaire approcher à grand pas de Tatooine. Bien entendu il ne sera pas là avant demain matin. Mais, à son arrivé, les Jedi auront un allié de poids. Il faut essayer de passer inaperçu pour affaiblir le Conseil et profiter de la Résurection de Lechero. Lui n'est pas un souci, ni pour moi, ni pour Kaizer. Tu as donc une demi-journée pour affecter le plus possible les apprentis, padawan et autres membre de la Force présente. Fais bien attention, Jag Fel et Kaizel vont essayer de retrouver leurs minots et risques de se mettre sur ta route. Une chose aussi, j'ai comme l'impression que les Jedi gris vont s'allier avec eux. Dans ce cas, tu risque d'avoir le Maître Raediel Kurgan, évite le! Il est quand même l'ancien apprenti de Neihc. *

Il s'arrêta un instant, toujours en communion avec la Force avant d'ajouter.

*Ne t'inquiète pas, je compte bien sortir de ma léthargie. Je veille sur vous...Mais avant, je dois méditer. Car, bientôt je vais affronter Kaizer. Les Siths renaîtront!*

Hrp: C'est tout petit mais c'est juste histoire que tu inclus cette discussion par télépathie dans ton prochain post. Si tu as besoin de moi pour la suite, mp moi. Je vais pas te laisser seul Twisted Evil


Jeu 24 Jan - 13:16 (2008)
Aurion
~*étudiant(e)s/côté obscur*~

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 96
Localisation: Nul part ailleur

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Une ombre attira son attention parmi la foule : elle était bien calme et pourtant on sentait son sang bouillonner de l’intérieur à voir tout ses gens souffrir autour d’eux. Surkan.

Il passa les grandes porte vitré et se dirigea à son attention, quand une puissante poigne enserra son coup, l’air commençant à se faire insuffisant.

- Pfff, quelle plaie ! M’occuper de toi ! Surveille tes arrières à l’avenir.

Puis il desserra petit à petit son étreinte.

Injuste ! Il surveillait ses arrières comme toujours ! Comme n’importe quels politicien véreux ou chef de gang qu’il avait été. Juste du rabaissement gratuit. Il serra les poing, il n’aimait vraiment pas ce type, tout prétexte était utiliser pour faire souffrir. Il trouvait cependant qu’il s’en tirait à bon compte.

- Suis-moi, on rejoins des amis. La fête va commencer !

Puis ils commencèrent leur routes, passant des haut quartiers au bas quartiers, puis traversant les bidonvilles entourant toutes grandes villes. Partout des scène d’apocalypse, les gens criaient, couraient dans tout les sens. Amusant ! Autant de petite fourmi perdu dans une averse , averse dévastatrice dont elles ne savent pas s’en sortir. Juste attendre que cela passe et sauver sa vie. Un sourire commun, tout du moins Surkan eut l’air de sourire, se fit sur les visages des deux hommes.

Surkan, parlons en, avançait vite, survolant plus qu’il ne marchait sur le sable tandis qu’Aurion progressait avec beaucoup de mal.

- JE HAIS LE SABLE

Cria-t-il dans le brouhaha ambiant provoqué par les différents meurtres, viols et vols.

- Tais-toi un peu et marche. On est déjà en retard

Il ralentit un peu sa course pour se trouver à sa hauteur. Il craignit une quelconque malveillance de sa part, il s’était complètement inoccupé de lui ses dernière minutes. Peut être avait-il envie de s’amuser ? Apparemment non, juste lui chuchoter quelques mots :

- Bon, mon clone présent là bas me communique ce qu’il ci-dit. Ecoute-moi bien.

Communique ? Hum ni comlink, ni radio, ni même de talkie-walkie. Par pensée peut être ?

La périphérie de la ville commencer à laisser place au désert. Ils se dirigeait vers un petit promontoire, une petite colline de sable. Du sable toujours du sable !

- Bon pour faire simple, un ami Fit-il un peu perplexe Enfin celui qui fou ce monde sans dessus dessous, a décidé de s’attaquer au Jedi. Ta mission sera de l’aider.

Ils commençaient à gravir la colline. la monté et le sable dégoulinant ralentissait leur avancée.

- Bon le but du jeux c’est de tuer le plus de personnes continua-t-il une lueur sadique dans les yeux Avec un bonus pour les étudiants et les padawans. Ensuite c’est du baratin, enfin dommage tu auras pas de cadeaux. Ah si, tu pourras poser des question si tu veux.

Mais déjà ils arrivaient à leur but, un bruit de voix se faisant entendre. La voix qui parlait fit raisonner l’air cognitive de sa mémoire :

( … ) pour tuer des apprentis jedis (GRRR) isolés doublement de leur maitre. Une fois à cause de la force apparue à l’astroport et une autre fois à cause des pillages des gangs. Maitre, ordonnez et j’obéirais.

Différente, mais pas inconnue, une femme. Totalement soumise par contre. Il voyait trois ombre, mais le manque de lumière l’empêcher de voir de qui ils s’agissaient. Puis ce fut au tour d’un homme de parler. Toujours une soumission dans sa voix, de la haine aussi. Une supplication ?

"Je ferais n'importe quoi pour vous maître. Tant que cela m'amène la Force...je n'aurais aucun regret à tuer. La vie de mon peuple en dépend."

Surkan lui chuchota alors à l’oreille :

- Tu peux avancer sans craintes, Jachiru a sentit notre présence depuis déjà quelques temps.

Puis se rapprochant il reconnut enfin la femme. Elle avait changé. Ses formes s’étaient affirmées, la rendant encore plus attirantes. Son regard aussi, elle avait l’air d’avoir trouver un pilier dans sa vie. Sûrement l’homme qui dégagé autant de noirceur que Surkan, mais en moins sadique.

Le dernier homme fut sans importance pour lui, son regard s’était fixé sur la belle blonde. Il se demandait ce qu’elle avait vécu depuis leur dernière rencontre pour avoir tant changer. Intéressante, elle devenait très intéressante.

Son attention se reporta sur Jachiru. Il était… indéscriptible. Non rien ne pouvait vraiment dire ce qu’il était. Sûrement moins humain que Surkan. Bien que ce derniers soit bien partit pour le concours des plus beau monstres interstellaires.

- Peut-on LE rencontrer ?

Une seule question. Simple, rapide, claire : comme il les aimait. Puis son visage se remit à scruter celui de la femme. Et ses yeux, ses beaux yeux allèrent d’une personne à l’autre, essayant de transpercer leur être, deviner leur tourments, leurs pensées et leur sentiments. Mais rien. Pas étonnant. La réponse se faisait attendre.

_________________


Les croix que vous voyez orner mon prénom sont juste les croix qui orneront votre tombe. Mes sincères salutations.

Sam 8 Mar - 12:58 (2008) Yahoo Messenger
Surkan
~*Guerrier Sith*~

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2007
Messages: 63

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Notre monde venait d’en trouver un autre. Non moins grands, plein et ample, mais tellement tous aussi, enténébré, confus et inquiétant. Et, si nous en concluons bien la réalité qui se produisait sous les yeux ébahis, affolés, et meurtris de la foule, la fin semblait proche. Cet autre monde ne faisant qu’entrer en lumière pendant que le notre en sort. L’univers entier tombera en paralysie ; un côté perclus, un autre en pleine vigueur.

« Soit…l’homme est responsable de sa propre perte. Il a bien fort hâté sa déclinaison et sa ruine par toutes les contagions de ses hauts placés. Il n’a de cesse de se détruire. Et ne prend plaisir que dans la souffrance. Tant de planètes rasées, tant de nations exterminées, tant de millions de peuples passés au laser d’un sabre, et la plus riche et belle partie du monde bouleversée pour la négociation de denrée alimentaires. Mécanique victoire que le Sénat et l’Ordre Jedi. Leur chimère de paix n’existe que dans les livres et leur blabla politique. Aujourd’hui, un être pur, un Dieu, vient leur apporter le jugement éternel…et, nous les Sith, seront là pour enfoncer un peu plus ce monde…dans le CHAOS. »

Surkan avait bien changé. Lui l’ancien jeune étudiant jedi. Mais cela, il ne s’en souvenait plus. Sa mémoire ayant été comme effacée. Lorsqu’il essayait de se commémorer son ancienne vie, il revoyait toujours les mêmes images défilant dans son cerveau. L’évènement tragique du laboratoire, et deux visage caractéristiques : celui d’un jeune enfant Noyl, et d’un homme sombre, Volgin. Il ne pouvait rien dire sur ces deux visages, pourtant, inconsciemment il éprouvait une haine démesurée pour ses deux êtres. Impulsivement, il développait des envies de meurtres à chaque fois qu’il se ressassait ces deux apparences.

Ainsi, il se mit en route pour retrouver l’apprenti sith. Aujourd’hui, ils allaient tout deux semer le chaos et tuer pour le plaisir. Alors qu’il marchait au milieu de ce spectacle de désolation, se sentant en osmose avec l’apocalypse, il sentit une énergie négative, qu’il connaissait. Jachiru ! Il se trouvait retiré du lieu principal d’anarchie. Et pourquoi pas lui rendre une petite visite, une fois Aurion de récupérer ?! Oui, c’était une bonne chose. Surkan n’appréciait pas cet homme, et il lui rendait bien. D’ailleurs, une chose le troublait chez lui, cette envie de doubler le Maître, ce non-respect de la hiérarchie.

Un instant plus tard, au milieu de la foule, il aperçu le jeune homme sortir du Mandalay Bay. Il ne dit rien à première vue. Bien sûr, le garçon l’avait repéré parmi l’amas de personnes qui se hâtaient pour survivre. Il était là, le seul à ne pas bouger. Droit. Serein. Puis, en un clignement d’œil, il disparut. Aurion n’eut pas le temps d’être surpris, qu’une main vînt empoigner son cou avec violence.

« Pfff, quelle plaie ! M’occuper de toi ! Surveille tes arrières à l’avenir. »

Finalement, il relâcha sa pression avec un sourire toujours aussi sadique. Il jubilait de pouvoir jouer avec l’enfant. Il aimait le fait de savoir que le jeune homme devait sans nul doute ruminer dans son fort intérieur. Et, il affectionnait l’idée que celui-ci le déteste de plus en plus. Il ne pourrait alors que grandir dans le côté obscur. En fait, ce traitement de faveur semblait vouloir dire : laisse toi aller à ta colère, ne la repousse pas !

« Suis-moi, on rejoins des amis. La fête va commencer ! »

Les envies meurtrières de Surkan semblaient à leurs apogées. Elles brûlaient en pleins Tatooine comme un feu de joie colossal. Les appétits lâchés se contentaient enfin, dans l’impudence du triomphe futur. La ville n’était plus qu’une grande débauche de millions de victimes. Le vice, venu tout droit d’en haut, s’éparpillait dans le sable chaud. Bientôt, les râlements du jeune homme donnaient à cet esprit tordu, le manque qui lui fallait pour perpétuer son épanouissement qu’il avait incorporé dans la cité ardente de « Tahc ». Le chemin formé que, de dunes, plus grandes, les unes que les autres, n’était pas du goût de l’enfant. Et, le guerrier sith, prenait un malin plaisir à toujours le faire taire :

« Tais-toi un peu et marche. On est déjà en retard. »

**
Après un trajet plutôt infernal pour le gamin, les deux protagonistes arrivèrent à destination. Jachiru avait choisi de s’extirper un peu de la ville, mais il n’avait pas fait les choses à moitié. Mais bon, ils étaient enfin au lieu de rendez-vous, malgré que l’on ne les avaient pas invités. Le bon vieux sith se trouvait en compagnie de deux autres personnes. Mary et Psylek. Il paraissait aux ordres devant les paroles d’Evangile du Maître.

*De sage toutou ma foi ! *

Surkan s’approcha alors du gamin et lui chuchota :

« Tu peux avancer sans craintes, Jachiru a sentit notre présence depuis déjà quelques temps. »

Le jeune homme s’avança pour se joindre à la troupe, pendant que le guerrier sith resta un instant à l’écart. L’animosité qu’il développait envers Jachiru le poussait à agir de la sorte. Il le fixait, avec un regard de dégoût, et d’antipathie. Il méprisait son comportement arrogant. Pour lui, c’était le prototype même de l’animalisation : la poule voulant devenir plus grosse que le bœuf. Par télépathie, il lui adressa alors un furtif salut.

*Tu ne t’attendais pas à me voir, mais ne t’affole pas. Je ne reste pas longtemps. La nausée que ta personne crée en moi et bien trop grande. Sur ces quelques mots, je te salut cher…compatriote. *

Puis, il s’avança au milieu de l’attroupement sans même croiser le regard de Jachiru. Aurion venait de poser une question pertinente, mais qui n’aurait aucune réponse. Le guerrier sith voulait l’ignorer, et accroître encore et toujours un peu plus sa rancœur envers lui. Il zieuta un peu les deux autres, et sur un ton plutôt condescendant, il leur balança :

« Suivez-moi vermine ! »

Il se retourna illico, sans leur laisser le temps de poser la moindre question. De toute façon, il n’aurait pas répondu, alors à quoi bon perdre encore du temps. Le pire, c’était sans nul doute pour Aurion, il venait de faire tant de marche pour retourner à la case départ. Il allait le haïr ! Surkan dos tourné souriait. Puis, il se mit en route abandonnant Jachiru comme un mal propre.

*Te voilà libre maintenant. Je te retire ton fardeau. Adieu, l’ami. *

Il se laissa alors glisser grâce au éboulement de sable, tout le long de la petite colline. C’était une méthode pour la descendre sans heurt, mais aussi, cela laissait le temps aux apprentis de le suivre. Une fois le petit promontoire dévalé, il se retourna pour donner une dernière consigne avant la traversée du désert.

« A partir de maintenant, je suis votre Maître. Tout ce que je dis, ne pourra pas être contredis sous peine de mort imminente. Il se tourna vers son protégé en ajoutant, Aurion, ici présent, en sait quelque chose. Si vous avez des doutes quand à la véracité de mes propos vous pouvez toujours lui demander comment j’aime rigoler. Alors, ne me causez pas de problème ! Car j’ai une méthode radicale pour les résoudre. »

Il s’arrêta un instant, puis reprit ses paroles sur un ton plus calme :

« On va franchir à nouveau ce désert pour regagner la ville de « Tahc », mais, pour que cette perte de temps n’en soit pas une, je vais vous entraîner en même temps. Donc, ne considérez pas ce trajet comme une simple ballade. Restez concentré sur la FORCE. Le but de cet entraînement consistera à vous affiner sur la réception télépathique. Je vous donnerais des indices par transmission de pensée sur les obstacles à éviter. Si vous êtes prêt mentalement alors il n’y aura aucun dégât physique, dans l’autre cas, vous pourriez très bien finir votre vie dans ce désert. C’est parti ! »

Puis il s’élança…

**
Alors qu’il courait dans le sable, le guerrier sith leva une main vers le ciel, c’était son premier cadeau pour les enfants. Désormais, à eux d’être en parfaite harmonie avec la Force s’ils voulaient arriver jusqu’à la cité.

*Attention, éclair de Force en approche.*

En plein milieu du champ parsemé d'éclairs, se tenait le psycopathe. Il regardait autour de lui, alors que les jeunes apprentis qui l'accompagnaient le rejoignirent d'un bond. Cela allait aiguiser leurs réflexes à prévoir et esquiver la foudre. Surkan souria, puis se remis en route sans un mot, accélérant un peu le rythme, pressé d'arriver.

*Eclair sur ta gauche Aurion, devant toi Psylek, sur ta droite Mary. *

Les indications leurs permettaient de pouvoir anticiper les éclairs qui s’abattaient dans le désert. Mais, il allait faire cela que pour les trois premiers éclairs, ensuite, c’étaient à eux de rester concentré pour réveiller leurs instincts respectifs.

**
Finalement, ils arrivèrent tous sain et sauf. Le Sith n’était pas pour le moins fier d’eux. Il trouvait cela normal, de ne pas garder des sous-fiffres au sein de leur organisation obscur. Il connaissait Blood, et il se connaissait encore plus. Il n’avait que très peu de temps à consacrer à des minables. Il préférait les tuer afin de garder un régime réduit d’élite. Peut être que ceux-ci en feraient parti un jour…

Se tournant vers eux, il leur glissa :

« Bon, vous n’êtes pas si déplorable que cela. Vous avez survécu à ma petite bricole improvisée, c’est pas mal. Mais loin de m’impressionner. Maintenant, le vrai « jeu » va pouvoir commencer. Prouvez moi que vous n’êtes pas pitoyable ! Donnez moi l’envie de vous laisser vivre encore un peu, ou donnez moi l’envie de vous achever comme une lamentable vermine. »

Il montra du doigt l’entrée de la cité à feu et à sang tout en ajoutant :

« Voici votre terrain de jeu ! Cherchez des apprentis jedi, des padawan, et tuez les ! Revenez avec leur tête en main, ou ne revenez pas ! Allez, DEGAGEZ !! »

Hrp: Alors voilà, je veux un beau post. Pour Mary et Psylek je veux vos réaction devant mon arrivée et celle d'Aurion, ainsi que celle ou vous comprenez que c'est moi qui reprend les choses en mains. Aurion, je veux vraiment que tu joue sur le sentiment de rage envers Surkan, et surtout, je veux sentir ta haine lorsque tu comprend que tu as marché tout ce temps pour retourner à la case départ.

Ensuite, je veux une autre partie dans le post, celle-ci consiste à l'entraînement avec les éclairs. Vos persos doivent agir en écoutant les phrases télépathiques qui vous préviennent de l'exercice. Ensuite, le reste c'est sur vos instinct.

Enfin, on termine le post devant l'arrivée de la ville lorsqu'il vous test sur votre capacité à réussir sa requête. La dernière phrase de votre rp devra dire que vous filer dans la ville pour lui ramener un corp. Et, je reprendrais ensuite !! Okay



Sam 8 Mar - 19:27 (2008)
Aurion
~*étudiant(e)s/côté obscur*~

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 96
Localisation: Nul part ailleur

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Surkan, dans son dos, s’avança jusqu’à sa hauteur. Sans un mot ni un regard à Jachiru, il s’adressa au deux disciple. Il n’avait pas l’air de le porter dans son cœur. Il fallait déjà que quelqu’un se trouve une place dans son cœur.

« Suivez-moi vermine ! »

Apparemment il prenait la suite des opérations. Un doute naquit dans l’esprit d’Aurion tendit qu’il dévalait la petite colline précédemment grimpé. Il calqua ses mouvements sur ceux de Surkan, gardant la boule noir qui naissait en lui pour plus tard. Et pour d’autre personne.

Peu après il s’arreta, Aurion fit de même et s’impatienta de l’attente que devez lui infliger les deux retardataires. A leur arrivée Surkan se remit à parler, ne leur laissant pas le temps de récupérer leur souffle.

« A partir de maintenant, je suis votre Maître. Tout ce que je dis, ne pourra pas être contredis sous peine de mort imminente. Son être se tourna vers lui puis il continua le prenant pour appuie de ses dires. Aurion ( … )

Aurion. A ce simple mot son esprit vacilla. Aurion. Il ne lui avait pourtant rien dit. Aurion. Tant de souvenir. Aurion. Il lui avait dit qu’il s’appelait Raï ! Aurion. Comment avait-il su ? Aurion. Maintenant il devait mourir. Aurion. Non les deux autres aussi. Aurion ! Son intimité. Aurion !! LUI. Aurion !!!

(…), ici présent, en sait quelque chose.

Une longue traînée de sueur froide coula le long de son dos tandis qu’il reprenait son calme. Ce n’était pas si important. Il pensait avoir passé ce cap. Mais non. L’âme humaine est si fragile qu’il suffit d’un élément déclencheur pour que tout revienne. Pourquoi ce besoin si fort de toujours caché son identité ?

Il était lui. Il était fière de lui. Il était Aurion. Mais pourquoi ce sentiment. Ce sentiment qu’il avait violé son intimité. Ce sentiment atroce de se sentir si impuissant face à un homme capable de deviner sa véritable identité. Ce sentiment de haine profonde d’avoir était sali par un être inférieur comme lui. Inférieur, il ne savait qu’à peine contrôler ses pulsions et il en avait goûter à ses frais, inférieur oui mais bien plus fort.

Si vous avez des doutes quand à la véracité de mes propos vous pouvez toujours lui demander comment j’aime rigoler. Alors, ne me causez pas de problème ! Car j’ai une méthode radicale pour les résoudre. »

Un sourire naquit sur son visage. A trop fréquenter ce type il allait commencer à devenir comme lui. S’imprégner de son être. C’était mauvais. Son don n’était pas contrôlable face à des personnes comme eux.

« On va franchir à nouveau ce désert pour regagner la ville de « Tahc », mais, pour que cette perte de temps n’en soit pas une, je vais vous entraîner en même temps. Donc, ne considérez pas ce trajet comme une simple ballade. Restez concentré sur la FORCE. Le but de cet entraînement consistera à vous affiner sur la réception télépathique.

Réception télépathique. Donc il n’avait pas eut complètement tort. Il avait sûrement communiquer avec son clone de cette façon. Ceci par la force. Cela lui paraissait étrange.

Ce fut la première impression qu’il eut de ses paroles. Puis le mot « franchir » vint percuter son cerveau. Il empoigna vivement le poignard attaché à sa ceinture. Sa main droite le serra convulsivement, s’entaillant quelque peu la paume.

Il ne devait pas laisser ses pulsions l’emporter. L’intellect est bien meilleur pour la santé que les pulsions. La boule noir se reforma en lui. Une voix pernicieuse lui chuchotait une douce envie. Aller ! laisse toi aller. Lance ce poignard ! Egorge le. Saigne le comme le mouton qu’il est.

Un sourire naquis. Oui le contacte apparent de ceux qui maîtriser la Force, tout du moins ce qu’ils appelaient la Force, l’affectait.

Il serra un peu plus le poignard dans sa main. Vaincre le mal par le mal. La douleur eut l’effet escompter. Mais la boule de haine était toujours en lui. Un animal féroce qui n’aura de cesse de le dévorer tant qu’il n’aura assouvit son désir de tuer.

Je vous donnerais des indices par transmission de pensée sur les obstacles à éviter. Si vous êtes prêt mentalement alors il n’y aura aucun dégât physique, dans l’autre cas, vous pourriez très bien finir votre vie dans ce désert. C’est parti ! »

Pas le temps de réagir. Il était partit. Au moins cela lui laissait le temps d’envisager un plan. Comment pouvait-il seulement penser à blesser ce type ? Il partit à sa suite. Les deux autres non loin de lui. Etrangement, Mary ne l’intéressait plus. Tout du moins pour l’instant. Son esprit était focalisé sur Surkan. Un mélange de dégoût, de haine et d’attirance liait son être à ce type. Il voulait devenir fort. Il voulait que lui ou un autre l’y aide. Il avait, lui semblait-il, fait déjà d’énorme progrès avec sa rencontre. Il voulait plus.

*Attention, éclair de Force en approche.*

La pensée était diffuse, comme un chuchotement. Pourquoi avait-il du mal à la percevoir. Concentration ? non il était au summum. Sûrement pas assez d’affinité avec la Force. Peut être un défasement aussi ? Il essaya alors de penser « Surkan », d’être « Surkan », plus exactement d’entrer sa psychologie, ses pulsions et ses pensées pour mieux le ressentir.

*Eclair sur ta gauche Aurion, devant toi Psylek, sur ta droite Mary. *

Cela avait l’air de marcher. Tout du moins cette pensée là s’était faite beaucoup plus nette. Il avait même décelé en lui cette méchanceté qu’il lui réservait.

Il fit alors un bond en avant. Personne ne vous a jamais appris à ne pas croire un Sith sadique ? Il avait vu juste. L’éclair venait de la droite. Un bond à gauche lui aurait empêcher une brûlure certaine, mais au cas ou, il valait peut être mieux tenter une esquive plus neutre.

Il décida alors de suivre son instinct, ne pouvant faire confiance à ce type ! Comment pouvait-on être humain, du moins par l’apparence et être si… si… aucun mot ne convenait.

Nouvel éclair en approche, un bruissement d’air, un changement de température. Il lui avait dit qu’il venait de droite cette fois. Pathétique. Sa peau frémit, un frisson d’excitation. L’éclair arrivait. Au derniers moment il fit un joli bond en arrière esquivant un éclair beaucoup plus meurtriers que le premier.

Surkan ne plaisantait pas.

Il ne devait faire confiance à personne. Voilà la leçon qu’il avait l’air de leur enseigner. Chaque adepte du côté obscur n’est que vices et méchanceté. Peu importe qu’il fasse passer cela par des éclair ou de la torture. De toute manière il avait déjà appris cela pour les être humains en général. Aucune coexistence possible. Il y avait les gagnants, ou plutôt les puissants et les larves qui trimer pour obtenir une quelconque considération. Il serait de ceux qui gagnent.

Finalement le sable devenait amusant. Malgré le fait qu’il le ralentissait il lui offrait beaucoup plus de possibilité que la terre ferme. Il lui suffisait de savoir l’utiliser.

Il sentait un troisième approcher. Il essaya de déceler la vrai pensée de Surkan. Mais cela était vraiment plus dur que de simplement l’écouter. Il aiguisa ses sens essayant de relever dans l’air cette petite modification atmosphérique qui lui permettrait de savoir d’ou viendrai l’éclair. Dur, Surkan se voulait de plus en plus dur à esquiver. Pas étonnant de sa part.

La Force.

Il devait essayait de la ressentir. La boule noir en lui cria de colère. Un appel simple. Un appel fraternel. Un sourire naquis sur son beaux visage. Utiliser la haine et la colère pour contrer une choses semblable. Oui ça faisait partie de son éthique.

Il laissa son être s’envahir de cette noirceur. Ne devenant qu’une parcelle de lui même. Les pulsions prenant le dessus de la raison. Une méthode un peu barbare, certes mais tellement envoûtantes. Le sentiment de totale puissance qui s’accompagnait était si « grisant ». Son « père » avait dû lui même aimer cette état. Pas étonnant.

Et pourtant un démon lui susurrait à l’oreille que ce n’était qu’une infime partit de ce qu’il pouvait connaître. Qu’avec lui tout ces rêves de vengeances deviendraient réalité. Un nouveau monde s’offrait à lui. Un monde ou les règles n’étaient plus les même. L’éclair montra le bout de son nez. Au dessus. Il venait d’au dessus. Plus précis que la foudre elle même. Cette fois elle ne raterai pas son but.

Au derniers moment il s’aplatit contre le sable. L’éclair le traversa de part en part. Il avait prévu la douleur. Elle fut insoutenable. Aucun son ne sortit de sa bouche. Il n’allait pas lui donner ce qu’il voulait : La souffrance des autres. Pas question !

Il se releva. S’être aplatit au sol lui avais sans doute épargner une blessure trop grave. Le paratonnerre qu’il était, avait perdu de son efficacité grâce au sable en suspension dans l’air créer par sa brusque manœuvre. Il reparti aussitôt que son corps endolori par l’électricité répondit avec la même vivacité qu’auparavant. Il avait abîmé son beau corps, son corps parfait, ce corps si cher à ses yeux, se corps qu’une mère seul avait porté, porté d’un père qui n’existait pas.

Il rattrapa rapidement le retard qu’il avait pris. Une envie grandissante de meurtre le poussant à avancer. Il laissait la haine prendre possession de lui. Décuplant ses sens et sa force. Gardant toujours un contrôle de son corps. Sa volonté n’était peut être pas de fer, mais il savait qu’elle serai suffisante pour éviter des dérapements. Et une mort certaine.

L’Amour et la Haine… Deux sentiments très proche, qui même sans s’opposer mène tout deux à se surpasser. L’Amour et la Haine… Deux sentiment entremêlé, Aimer un jour Haïr le lendemain, Haïr puis Aimer.

La ville se rapprochait. Il fit un bon sur le côté. Un de ces vieux réflexes animales qui vous sauve à des moment inattendu. Le prochain aller être le dernier. Mais aussi le plus dur à éviter. Il le sentait, il le savait. Il avait l’impression de courir au ralentit, ses pas se faisant lourd sur le sable. Inconsciemment il ralentit là cadence. Chaque grain de sable trouver un écho en lui, chaque grain de sable devenait une parcelle d’énergie dans ce désert vide. Surkan était bien loin devant eux. Il le sentait, son être malsain donnait à ce décors un goût de cauchemar. Non Surkan n’était rien quand à ce qu’il ressentait plus loin en ville, la se trouver une puissance inimaginable. Un dieu sur Terre. Lui, simple humain irait le rencontrer. C’était sa conviction.

Il tergiversait alors que la foudre se rapprochait. En face ! L’esquive serait dur, a moins que… il sortit d’un geste éclair le petit poignard attaché à sa ceinture. Une idée avait germée en lui. Il bondit en avant, toute puissance sur l’éclair dague en main et canalisa l’énergie dévastatrice, dans un jolie sauté, dans la lame de celle-ci. Il apréhenda le choc. LE manche était-il conducteur ? Il ne l’espérait pas.

Ses pied retrouvèrent le sol. Non aucune décharge. Il avait maintenant sur lui une arme dangereuse, tout du moins pour une utilisation. Un sourire de connivence naquit sur ses lèvres tandis qu’il rejoignait Surkan arrêter aux abord de la ville. Il avait un petit cadeau.

« Bon, vous n’êtes pas si déplorable que cela. Fit-il les trois subordonnés enfin arrivés. Vous avez survécu à ma petite bricole improvisée, c’est pas mal. Mais loin de m’impressionner. Maintenant, le vrai « jeu » va pouvoir commencer. Il jubilait de dire ce qu’il disait. Il jubilait de penser à ces prochaines paroles, cela se lisait dans le ton de sa voix. Prouvez moi que vous n’êtes pas pitoyable ! Donnez moi l’envie de vous laisser vivre encore un peu, ou donnez moi l’envie de vous achever comme une lamentable vermine. »

Un index grossier montra la ville apocalyptique. Aurion devinait déjà ce qui allait se passer, ce qu’il allait dire.

« Voici votre terrain de jeu ! Cherchez des apprentis jedi, des padawan, et tuez les ! Revenez avec leur tête en main, ou ne revenez pas ! Allez, DEGAGEZ !! »

Mary et l’autre eurent l’air d’hésiter un instant, puis ils filèrent tout droit. Soumission, ne connaissait-il que ce mot ? Aurion resta tranquillement auprès de lui, quelques secondes, le temps d’être sûr qu’ils étaient bien seul.

- Ion Ionnnnnn !!!!

Une voix de fillette, non SA voix. Son cœur s'accéléra soudainement, sa peau se fit moite. Non pas de l'amour, de la peur. Une peur terrifiante. Elle représentait son passé. Son changement. Sa prise de conscience du monde environnant. Sa solitude, son infirmité.

Son poignard rangé délicatement quelques secondes auparavant, fut ressortit tout aussi prudemment mais avec rapidité et dextérité. Il finit un centième de seconde plus tard dans le front de la fillette. Qui trébucha de stupeur et fut au même moment carbonisé par une puissance électrique donné gentiment par Surkan.

- ET MERDE !!!

Il se tourna alors vers Surkan, ses yeux rougeoyait de colère. Sa langue se déliait plus facilement avec ceux qui avait des liens avec la Force. Il lui cracha sa déception et son réflexe inopiné qu’il regrettait amèrement :

- Pauvre type, c’était pour toi ça !

« Pauvre type », étrange comme ceux qui se considère ainsi ont de la facilité à insulter les êtres qui leur sont supérieur par ce même phrasé. Il bouillait intérieurement, le meurtre de sa très chère amie, morte devant ses yeux à des reprises, ne lui suffisait pas. Il voulait la mort de Surkan.

Il serra les poings. Surkan encore une fois choisit ce moment pour l’humilier un peu plus. Un genou dans le plexus vint lui couper le souffle. Puis ce fut un « léger » recule qui le fit s’étaler par terre.

Il en avait trop dit ou trop fait. Non même pas : Surkan n’avait pas besoin d’excuse pour ce genre d’attitude. Il ne s’occupait même plus de lui. Il se calma, son visage se fit neutre, il reprit pleine possession de son corps. Puis, faisant le vide en lui, il essaya de ressentir. Non pas besoin, on l’obligeait à ressentir.

Il ramassa son couteau. Peut être la destiné mettrait en travers de sa route un Jedi ou un Padawan. Qui sait ? Cependant ce n’était pas son occupation principal. Il partit en direction du demi dieu, de Lechero.

[HRP] j'espère que cela conviendra.[/HRP]

_________________


Les croix que vous voyez orner mon prénom sont juste les croix qui orneront votre tombe. Mes sincères salutations.

Mer 12 Mar - 14:28 (2008) Yahoo Messenger
Psylek
~*étudiant(e)s/côté obscur*~

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2007
Messages: 69

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Après avoir reçu le sabre de la part de son mentor et l'avoir remercié, le jeune apprenti sith baissa son regard en attendant la suite des évènements, sans dire un mot. Il demeurait aux ordres de Jachiru et espérait que celui-ci lui donne l'ordre d'aller profiter de tout ce remus ménage pour semer un peu plus le chaos. Il tourna la tête vers Mary, celle-ci semblait s'ennuyer fermement, et, paraissait se morfondre de la situation. Le maître avait quelque chose de bizarre depuis un instant, comme s'il avait quitté la colline de sa présence, laissant simplement son corps sans vie. Ou alors, quelqu'un l'avait troublé dans sa conception des évènements futurs. Soit, Psylek n'avait rien resenti pourtant.

*Rooo, s'il y a quelques chose qui a rendu le maître réticent, et que je n'ai pas pu le sentir. Je suis faible!!*

Soudain, l'apprenti sith fut sorti de ses pensées par l'arrivée inopiné de Surkan et d'un beau jeune homme. Pour le premier, il connaissait ses méthodes, les ayants déjà vu aussi sur Tatooine lors de sa première mission. Cela remontait maintenant à un an. A l'époque, il n'était pas aussi seul au sein de l'organisation. Il se souvenait de certains apprentis, plus arrogants les uns que les autres, sûrement ce qui avait du coûter leurs propres pertes. Il revoyait ce Nautolan dénommé Zed Rista, un peu fou dans ses manoeuvre et dans sa façon de respecter la hiérarchie; sans oublier Jick Kyrte ce personnage banale toujours accompagné de ses lunettes de soleil fétiches, lui c'était l'antipode de l'amphibien; enfin, il y avait Dark Shu le saccarstique! C'était le bon vieux temps...certainement que désormais ceux-ci avaient quittés le monde des vivants. Quand à Surkan, pour en revenir à lui, c'était un homme froid, dur et ne laissait place à aucune faiblesse dans ses rang, sous peine d'ôter une vie aussi facilement qu'un être humain exhale une bouffée d'air. Revoir cette personne donna des frissons à Psylek.

D'ailleurs, le guerrier sith semblait agir de la même sorte avec Jachiru, pourtant un haut gradé du régime. Aucun regard échangé, aucune paroles. Cet homme dégageait vraiment une atmosphère malsaine, et trouble. Il inspirait la terreur et le respect. D'un coup, il s'avança vers eux, après avoir laissé le jeune homme le faire quelques secondes auparavant et sur un ton caractéristique et propre à lui même il s'écria:

« Suivez-moi vermine ! »

Sans même leur laisser le temps de comprendre ce qu'il se passait devant eux, il se retourna et quitta directement la colline. Psylek se releva immédiatement, afin de le poursuivre. Avant de partir, il jeta un oeil à Jachiru, histoire de le remercier pour l'offrande du sabre laser. Tout comme le sith, il se laissa glisser le long de la pente pour la dévaler plus facilement. Et, à peine avait il eu le temps de finir sa descente, que le guerrier sith reprit la parole.

« A partir de maintenant, je suis votre Maître. Tout ce que je dis, ne pourra pas être contredis sous peine de mort imminente. Il se tourna vers son protégé en ajoutant, Aurion, ici présent, en sait quelque chose. Si vous avez des doutes quand à la véracité de mes propos vous pouvez toujours lui demander comment j’aime rigoler. Alors, ne me causez pas de problème ! Car j’ai une méthode radicale pour les résoudre. »

Psylek souria. Il n'avait pas besoin de demander conseil à se soi-disant Aurion pour croire la véracité des propos tenus par cet homme. Il avait une preuve suffisante, une preuve qui c'était offerte à ses propres yeux lors de cette ancienne mission. Il avait toujours en mémoire la façon dont Surkan avait tué cet homme qui ne voulait pas lui obéir. Il n'avait pas oublier la violence avec laquelle il s'était amusé à le faire souffrir à petit feu, avant de lui faire quitter ce monde. Une violence sadique! Suffisante pour imprimé l'ordre dans sa tête. Il préférait avoir cet homme dans son camp, que contre lui.

« On va franchir à nouveau ce désert pour regagner la ville de « Tahc », mais, pour que cette perte de temps n’en soit pas une, je vais vous entraîner en même temps. Donc, ne considérez pas ce trajet comme une simple ballade. Restez concentré sur la FORCE. Le but de cet entraînement consistera à vous affiner sur la réception télépathique. Je vous donnerais des indices par transmission de pensée sur les obstacles à éviter. Si vous êtes prêt mentalement alors il n’y aura aucun dégât physique, dans l’autre cas, vous pourriez très bien finir votre vie dans ce désert. C’est parti ! »

Ainsi, ils allaient rejoindre la ville. Enfin, ils allaient pouvoir user de leurs lames rouges vives. Psylek jubilait. Surkan lui donnait ce dont il voulait. Tuer pour gagner en puissance. Tuer pour n'avoir plus aucune réticence à tuer. Tuer pour devenir une machine sans faille. Tuer, pour le plaisir noir. Et, ce fut sans rechigner qu'il s'élança à la poursuite de son mentor abandonnant Jachiru avec qui il avait eu une expérience plutôt brève.




Alors que la troupe courait dans le désert, Surkan usa de la télépathie pour les avertir comme prévu du danger qui allait se présenter à eux. Puis, tout en courant, il leva une main au ciel.

*Attention, éclair de Force en approche.*

En plein milieu du champ parsemé d'éclairs, se tenait cet être machiavélique. Il regardait autour de lui, alors que Psylek le rejoignit d’un bond souple. La terre était frappée de toutes part par la foudre. Il souria, puis se remis en route sans un mot, accélérant un peu le rythme, pressé d'arriver. Le jeune sith hocha la tête en guise de réponse, puis reprit son élan pour suivre son maître.

*Eclair sur ta gauche Aurion, devant toi Psylek, sur ta droite Mary. *

L'apprenti sith n'était pas dupe, les indications de cet homme n'était que là pour perturber leur concentration et leurrer le faible qui esquiverait sans faire attention aux éclairs. Bien entendu, celui qui allait s'abattre sur le jeune homme n'était pas en face, mais sur sa gauche, ainsi, en continuant sa course vers l'avant, il pu éviter l'éclair de force.

*Pas mal, Surkan. Mais je n'ai confiance qu'en moi-même...*

Il ne savait pas pourquoi, mais ses mouvements étaient instantanés comme s’il avait vécu ici. En réalité, les réflexes de jeune Ryahjin était tout simplement animal. Tel un prédateur dans son domaine, il zigzaguait de droite à gauche, et, de gauche à droite afin d’esquiver le moindre éclair s’écrasant sur le sol. De son côté, le sensei, lui avait beaucoup de facilité aussi. Mais, il était plus normal pour un ninja de sa trempe…

Lors de la dernière fournée d'éclair, ceux-ci devenant plus dangereux, et la fatigue du sable sur les mollet agissant, le jeune homme n'eut d'autre choix que de plonger en avant dans le sable pour éviter une mort certaine. C'était moins une! Se relevant, il jeta un oeil sur le beau gosse qui se débrouillait bien depuis le début, tout comme Mary qui l'impressionnait de plus en plus depuis leur rencontre.

Tout en ricanant intérieurement, Psylek se remit en route vers les portes du village de "Tahc". Accélérant sa cadense afin de ne pas se faire distancer dès maintenant, alors que les portes du village leurs tendaient les bras… Les éclairs dans leur dos, et le bruit de la foudre couvrant leur pas, ils arrivaient aux portes de la cité à feu et à sang.




*Nous y voilà…*

Psylek tourna la tête vers Surkan, et petit rictus facial lui vînt. Etait-ce l’excitation ? Ou la confiance ? Il n’en était rien. C’était simplement un petit sourire en guise de départ de la mission. Le guerrier sith s'adressa alors à eux:

« Bon, vous n’êtes pas si déplorable que cela. Vous avez survécu à ma petite bricole improvisée, c’est pas mal. Mais loin de m’impressionner. Maintenant, le vrai « jeu » va pouvoir commencer. Prouvez moi que vous n’êtes pas pitoyable ! Donnez moi l’envie de vous laisser vivre encore un peu, ou donnez moi l’envie de vous achever comme une lamentable vermine. »

Il montra du doigt l’entrée de la cité à feu et à sang tout en ajoutant :

« Voici votre terrain de jeu ! Cherchez des apprentis jedi, des padawan, et tuez les ! Revenez avec leur tête en main, ou ne revenez pas ! Allez, DEGAGEZ !! »

Il s'avançait alors lentement dans la ville, avec des pas déterminé et sur, un sourire montrant une volonté inébranlable. Un sourire ma foi, discret mais qui aurait pu faire peur à n'importe qui, qui n'aurait jamais vu quelqu'un mourir... Un regard et un sourire de tueur, en fait. Il avait aussi, les mains dans les poches, sa capuche sur le visage masquant son regard bouillonant. Il était prêt à ramener la première tête qu'il trouverait.

*Peut-être que je vais m'amuser ? uhuhuhu*


Jeu 13 Mar - 18:33 (2008)
Surkan
~*Guerrier Sith*~

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2007
Messages: 63

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Petite mjisation:

Général:
Les trois jeunes gens étaient enfin partis dans la ville à feu et à sang afin de retrouver une quelconque victime ayant une importance aux yeux de Surkan. Pour plus de facilité, et afin d'être le premier à ramener l'objet des désirs du guerrier sith, les trois apprentis prirent chacun une direction différente dans cette grande cité.

Aurion:
Le jeune homme prit la direction du quartier Sud, le long du boulevard principal. Celui ou se trouvait le Rain Dinners, le tout nouveau casino, ainsi que tous les casinos et hôtels de luxes. Ce n'était pas une mauvaise idée, car, le Mandalay Bay qui surplombait la ville était le camp de base des Jedis et de leurs apprentis. Bien sûr, il avait bien plus de chance de trouver une proie, mais aussi, celle-ci avait bien plus de chance d'être accompagnée d'un maître le surveillant.
Soudain...Il aperçu un jeune étudiant de la force claire qui rentré dans le Mandalay Bay. Aurion se dit que c'était le bon moment pour agir...

Hrp: je ne pouvais accepter que tu te lances en direction de Lechero car il se trouve à l'Astroport hors de la ville. Sinon, voilà, tu suis le gamin dans l'hôtel. Je veux un rp précis sur comment tu t'y prend, et tout et tout. Essai d'être le plus réaliste possible, car la suite dépend de tes actions!! N'oublis pas que Jag Fel se trouve dans ses appartements. Donc il se pourrait qu'il entre en jeu s'il le souhaite Mr. Green




Psylek:
Quand à lui, il obliqua rapidement vers la gauche pour prendre la direction des quartiers Ouest de la ville. Ceux correspondant à la Cité Marchande. Celle-ci contient des boutiques, mais également des ateliers et parfois des habitations, et, en temps normal, il est fréquent de se faire interpeller par les marchands. Mais là, c'est la chohue totale dans les rues, bondées!! Parmis tout ce monde, il était bien plus aisé d'enlever un jeune apprenti sans que la foule ne remarque le moindre mouvement alarmant.
Soudain...Psylek découvrit un jeune homme dans une belle bure. Sûrement un padawan! C'était une chance, il allait pouvoir tester son expérience acquise depuis le temps au sein de l'Etoile Noire.

Hrp: Voilà, tu suis le padawan discrètement dans les rues. Et tu essai de l'extirper dans une ruelle loin de la foule. Je veux un rp précis sur comment tu t'y prend, et tout et tout. Essai d'être le plus réaliste possible, car la suite dépend de tes actions!! N'oublis pas que des Jedi parcours les rues (Exemple: Kaizel). Donc, comme pour Aurion, il se pourrait qu'il entre en jeu s'il le souhaite Mr. Green




Mary:
La jeune femme elle, eut sans doute le moins de chance dans son choix. En effet, elle se lança dans la direction des installations sportives de Pod Racer. Bien entendu, tout le long du trajet se trouvait des échoppes et magasins ambulant dans lesquel pouvait se ballader des jeunes apprentis, mais, c'était aussi le quartier le plus touché par les apparitions fantomatiques et donc, celui le plus probable de rencontrer des Maître Jedi ou bien Jedi essayant de rétablir l'ordre. Soudain, au détour d'un café, elle remarqua un étudiant. C'était sa chance!! Il fallait agir au plus vite.

Hrp: Je laisse une dernière chance, après ton perso sûbira le châtiment final. Tout comme les deux autres, tu dois essayer de tuer cet étudiant en étant la plus réaliste possible. Là, à la différence des autres, c'est qu'un Jedi (pnj) peut surgir selon ton rp.


Lun 17 Mar - 14:48 (2008)
Aurion
~*étudiant(e)s/côté obscur*~

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 96
Localisation: Nul part ailleur

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Sa noirceur emplissait tout espace vital. A tel point que suivre sa trace devenait impossible. Où était-il ? Aurion n'avait pas perdu son désir de LE trouver, mais il errait maintenant dans la ville à sa recherche. Y était-il au juste ? Il n'en était même pas sûr.

Ses pas le menèrent jusqu'au casino. Des hommes profitaient d'exceptionnelles apparition fantomatique pour mieux dépouillait les machines de casino. Partout des débris de verres, de machines et même des restes humains. De partout des hommes se battaient pour un argent qui resterait virtuel. Pourtant, rien ne vaut la véritable valeur de l'esprit.

Non, il dut se rendre à l'évidence. Qu'est ce que ferait un demi dieu en ces lieu ?

Il rebroussa chemin jusqu'au Mandala. Il avait décidé de partir à la recherche d'un apprenti. Peut être que s'il ramenait à Surkan de quoi lui faire plaisir, alors peut être aurait-il cette récompense, LE rencontrer. Son désir de le voir, de lui parler remplissait tout son être. Il se sentait si proche de lui et en même temps si loin. Peut être, peut être que s'il tuait deux ou trois apprentis... Non il ne se leurrait pas, Surkan ne ferait jamais cela. Jamais il ne ferait plaisir à quelqu'un, tout du moins sans se faire plaisir par cette même occasion.

Finalement trouver un utilisateur du côté clair de la force devenait sa priorité. Il avait besoin de se soulager, de faire sortir toutes ses pulsions meurtrières en lui. Toute cette frustration !!! Mais comment reconnaîtrait-il un padawan ?

Il s'arrêta un peu avant le Mandala. Ce bâtiment lui paraissait bien étrange : au lieu de ressentir tout ce mal environnant, une aura apaisait quelque peu les lieux. Un sentiment étrange, Lechero l'apaisait, cette aura claire aussi dans un certain sens. Un frisson parcourue son dos. Était-ce le fait des Jedi ?

Une personne se démarquait des autres, premièrement elle était plus confiante, deuxièmement ses habits n'était pas très accoutumés à cette planète. Troisièmement il percevait cette aura de bienfaisance autour de ce type, même si beaucoup plus faible.

Un curieux mélange se fit dans son esprit : les souvenirs de la prise de son entreprise, son petit bébé, affluaient. Même si à l’époque il n’avait pu la sentir, sentir cette aura qui flottait autour d’eux, maintenant il sut. Il sut que les Jedi étaient d’une façon ou d’une autre lié à la république, à sa destitution, et qu’il devait mourir.

La boule de haine se forma avec une rapidité déconcertante. Surkan avait de très mauvaise influence. Il allait commencer à payait pour tous ce qu’il lui avait fait. S’attaquer à lui ? Quel erreur !

Il ferma son esprit. Si lui aussi dégageait une « aura », elle ne devait pas être très attirante vu toutes les pulsions meurtrières qui l’assaillaient. Il devait se calmer, retrouver le calme qui fait de tout homme un bon assassin. Il l’observait. Il avait l’air de cherchait son chemin, le chemin qui mènerait à sa mort.

L’idiot ! il entrait dans l’hôtel, le Mandala Bay allait devenir un véritable cimetière. Il se dirigea vers l’entrée. Il ne devait pas paraître trop calme, ni trop effrayé. Il devait paraître « normal », c’est à dire comme un homme vil et lâche effrayé par les événement récents, au moins le temps de bien repérer sa cible. Il y avait du monde, beaucoup. Mais pas assez occupés et tourmentés pour pouvoir tuer une personne sans que cela sorte du « normal ».

Normal ? Il haïssait ce mot ! Normal ? Rien de plus pitoyable. Rien de plus dégoûtant. La marginalité est si attirante. Etre différent pour être soit. Mais ils devait être un fin comédien s’il voulait réussir.

Excepté sont coutelas, il n’avait pas d’arme. Qu’importe, les mains font très bien l’affaire, et il était un expert au corps à corps. Il passa les grandes portes vitrées du Mandala. Il pris un regard hagard, un peu fou, le regard d’une personne totalement affolé et en colère. Bien sur il n’en était rien.

Impossible de suivre son aura, de toute évidence il y avait d’autre jedi dans l’hôtel. S’il l’avait voulu il aurait souri, amusant non ? Jedi et Sith se côtoyait, quelques mètres les séparaient mais il ne le savait même pas, cela ressemblait fort à l’utilisation de la force : Où commence le Sith ? ou s’arrête le Jedi ? Mais préférant garder son rôle de théâtre, il se dirigea en clopinant vers l’hôtesse. Jetant des coup d’œil pour ne pas le perdre de vue.

Ce fut un client mécontent, d’apparence blessé, la voix chevrotante et hystérique qui apparut devant elle.

- Je veux être rembourser !!! Cette foutue planète ! On m’avait dit qu’il y aurait des courses de POD exceptionnelle et la place de cela on me donne des catastrophes naturelles !

L’hôtesse fit mine de vouloir parler, mais il lui coupa la parole jetant un discret coup d’œil au padawan.

- Non, non et non ! J’en ai marre de vos excuses. Entre le barman qui ne veut plus me servir d’alcool, les pilotes qui me dit que l’aéroport à exploser, et toute vos manigance pour me faire rester plus longtemps et donner mon argent, j’en ai assez !

Puis s’ensuivit des explications minables d’une hôtesse aussi effrayée que tout le monde, mais qu’un salaire lui permettant de vivre légèrement au dessus de la précarité l’avait convaincu de rester travailler.

Une glace lui permettait de ne pas perdre de vue la jeune femme sans pour autant la fixer. Oui, une femme. Marrant non ? Elle l’avait regardé à plusieurs reprise, surtout lors de ses éclats de voix, mais il n’avait pas l’air de l’intéresser plus que ça. Tant mieux. Il en avait marre de parler. Il parler beaucoup trop ses derniers temps. Son piège se refermait.

Et puis il avait à peine 17 ans, qui le soupçonnerait de quoi que ce soit ? Il était plutôt beau gosse et savait sourire, en tout cas imiter un sourire franc et chaleureux. Et il savait très bien faire plaisir par les mots.

La padawan prit la direction de l’ascenseur. Parfait ! Il finit son simulacre de discussion par des menaces de représailles de la république, l’air un peu plus mécontent encore et s‘en alla d’un pas décider vers l’ascenseur. La porte commencer à se refermer.

- Attendez s’il vous plait !

Une jolie main bien manucurée arrêta les portes qui se rouvrirent automatiquement.

- Merci bien mademoiselle. Je n’avais vraiment pas envie de me farcir les escaliers. Ma journée est assez gâchée comme çaFinit-il avec un petit air outrée.

Ils étaient seuls, il ne restait plus qu’à espérer qu’aucune personne ne voudrait monter avec eux. Un panneau lumineux indiquait qu’elle avait choisi le 66ème étage, il appuya de façon naturelle sur les touches et le chiffre 39 remplaça le précédent. Les portes se refermèrent doucement, son piège par la même occasion. Son piège ? était-ce bien le sien ? était-il lui même tombé dans un piège ?

Il se calma, sa maîtrise de soi était presque parfaite, il ne pouvait avoir faillit. L’habitacle de l’ascenseur, plus communément appelée cage en devenait vraiment une : l’ascenseur venait de s’arrêter, sûrement une panne. Oui sûrement, il avait remarquer plein de griffures sur le panneau extérieur servant à appeler la machine. Il jubilait de cette soudaine chance. Sa victime à côté de lui.

Il commença à pianoter sur les touches, mimant l’énervement. Puis se mit dans une pause d’attente en poussant un long soupire. Il ne restait qu’à espérer que l’attente serait longue… vraiment longue. Sinon il devrait faire vite. Trop vite à son goût.

Les minutes passaient, les unes après les autres. L’ascenseur de redémarrait pas. Il attendait, sa proie commençait à montrer des signes d’impatience. Sa garde se baissait à maintes reprise. Il n’avait plus qu’à attendre. Cela ne lui posait aucun problème.

Il dit à contrecœur deux ou trois phrases de mécontentement teinté d’humour, comme tout jeune homme placé à côté d’une femme plutôt jolie. Cela pour paraître crédible. Toutes ces niaiseries le mettait hors de lui.

Enfin ! L’ascenseur eut un soubresaut. La jeune femme ne s’y attendant pas perdit un peu l’équilibre. Il en fut tout autrement pour Aurion. Attendant avec impatience ce moment il avait d’un déplacement vif, même s’il n’égalait pas Surkan, atteint le dos de sa victime et ordonner au cou de la jeune femme un 180 degré.

Le bruit des vertèbres craquant lui indiqua qu’il avait réussi. Il ne lui restait plus qu’à arracher la tête et repartir voir Surkan.

Les étage recommençait à défiler à allure soutenu sur le panonceaux. 28…29…30, encore neuf et il pourrait redescendre par un autre ascenseur.

[HRP : J’attend la suite et espère avoir répondu correctement à l'attente. ]

_________________


Les croix que vous voyez orner mon prénom sont juste les croix qui orneront votre tombe. Mes sincères salutations.

Mer 19 Mar - 22:21 (2008) Yahoo Messenger
Psylek
~*étudiant(e)s/côté obscur*~

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2007
Messages: 69

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Le départ du festival fut rapidement lançé par Surkan le démoniaque. Psylek se retrouva alors devant l'entrée du grand village de "Tahc". Immense même. Il fut tout de même impressionné par l'ampleur et la taille de ce lieu en y regardant d'un peu plus près. Sombre et lugubre, envahi par des monstres tout aussi lugubre. Bien que beaucoup moins que le sith qui venait en visite.

*Des enfants de coeur ces revenants...*

Marchant tranquillement, lentement mais sûrement, le faux citadin (et oui, il est ici incognito) traversait la ville tout de même, malgré son peu de hâte, rapidement. Il grimpait les marches de la ville aisément, et rencontrait des gardes qui ne faisaient pas gaffe à lui, bien trop occupés à repousser les assauts fantasmagoriques.

*Pauvres fous que vous êtes...combattre des démons...*

Bientôt, il se retrouva au milieu du quartier marchand dans la partie Ouest de la cité. C'était ici que le plus de monde déambulait généralement depuis l'ouverture des championnats interplanétaire de Pod Racer. Mais, à cet instant précis, déambuler n'était plus réellement le mot adéquate à la situation. C'était plus fuir ou survivre. Parmis ces âmes en détresses courant ça et là à la recherche d'abris pour sauver leurs misérables existance, un être paisible se faufilait. Psylek était calme, concentré dans sa tâche. Il avait la liberté mais surtout le devoir d'ôter des vies. Pas n'importe lesquel! Tout ce qui semblait utiliser la force clair devait périr. C'était son nouveau test pour grandir dans la Force obscure. Et, il jubilait de pouvoir exercer la seule chose qu'il savait réellement faire: tuer.

*L'art de tuer...*

Certains vont à la guerre comme d'autres vont à Dieu. Et c'est parfois à se demander s'il faut connaître le métier des armes et être casqué pour atteindre son ciel. On tue un homme, on est un assassin. On tue des milliers d'hommes, on est un conquérant. On les tue tous, on est Dieu. L'apprenti lui s'approchait de plus en plus de l'état d'assassin. Vivant dans une jungle urbaine, cet homme ne savait qu'agir en fauve. Un lion lâché au milieu de milliers de proie potentielle. Quoique, la main destructive de l'homme n'épargne rien ; il tue pour se nourrir, il tue pour se vêtir, il tue pour attaquer, il tue pour se défendre, il tue pour s'instruire, il tue pour s'amuser, il tue pour tuer ; il a besoin de tout, et rien ne lui résiste.

* Les Jedis...ils ne veulent pas reconnaître que malgré tout, ils nous sont similaire. Des millions d'hommes participent aux guerres actuelles ; bientôt la galaxie entière ne sera peuplée que d'assassins. *

Soudain, dans la foule une présence l'extirpa. Il découvrit un jeune homme dans une belle bure. Sûrement un padawan! C'était une chance, il allait pouvoir tester son expérience acquise depuis le temps au sein de l'Etoile Noire.

*Désolé pour toi d'avoir croisé ma route...*

La proie avançait parmis la foule tout aussi tranquilement. Puis, un moment donné, il bifurqua sur le côté pour pénétrer dans une bâtisse dans laquelle venait de sortir un cri strident d'appel au secours. Le comble, une proie scruté, voulant sauver une proie en détresse. Vouloir aider les autres alors qu'on est même pas capable de s'aider soi-même. Psylek décida de le suivre dans le hall d’accueil, un immense hall qui occupait tout le rez de chaussé. Excepté, une arrière salle permettant d’accéder aux étages supérieurs. Il commença à monter les étages avec un peu d'éloignement, cherchant le moment propice pour lui ôter la vie sans se faire repérer. Premier étage, deuxième étages toujours impossible… Troisième, voilà c’était le bon moment. L’étage étant le plus sombre et le plus déserté. Il fallait agir, mais vite. Tel les éclairs qui avaient fracassés le sol du désert, Psylek allait lui aussi frapper.

*Désolé, mais il y a quelque chose que j'ai et que vous avez pas, vous les simples apprenti jedi... Une chose que vous n'aurez jamais... Une chose que vous aurez du avoir depuis votre plus jeune âge, vous savez... Une chose, une chose que peu de personnes comme vous ont... Vous voulez savoir c'est quoi ?*

Sans attendre, alors que l’étage supérieur se rapprochait, l'apprenti sith fondit sur sa proie. Sabre en main, il l’égorgea d’un mouvement rapide et très bref…

"C'est l'expérience de tuer !"


Mer 2 Avr - 14:54 (2008)
Surkan
~*Guerrier Sith*~

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2007
Messages: 63

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Petite mjisation:

Général:
Chacun des trois apprentis venaient de prendre une direction différente afin de trouver une proie plus rapidement. Aurion se retrouva dans le Mandalay Bay à poursuivre une jeune femme qui visiblement était une adepte du côté clair. Psylek dans le quartier Ouest trouva lui aussi un apprenti jedi qu'il suivit jusque dans un établissement. Quand à Mary, toujours rien pour elle. Il valait mieux qu'elle se dépèche avant d'attirer le couroux de Surkan qui n'acceptait pas les faibles.

Aurion:
Le coup de l'ascenceur fut une réussite totale. Le fait de pouvoir se retrouver seul pour agir lui permit d'ôter facilement à cette jeune femme trop soucieuse des bruits extérieurs. Un mouvement de bras lui suffit à fracasser la colone vertébrale et à briser la nuque de sa victime. Bien entendu, il avait tué, mais maintenant il se retrouvait avec un cadavre sur le dos dans un ascenseur qui montait lentement...28, 29, 30 tout allait bien...31, 32, 33. STOP! Celui-ci s'arrêta. Aurion était désormais bloqué avec son cadavre. Soudain, la lumière de l'ascenseur s'éteignit et un gros bruit fracassant commença à se faire entendre sur la porte au niveau de l'étage auquel l'apprenti sith était arrêté. Il se tut. Il venait de remarquer ce bruit métallique qui tapait sur la porte. Un bruit régulier, résonnant, semblable à celui d'une barre de fer. Pang...Pang... Pang.... Pang...Ce n'était pas normal.

Hrp: Voilà tu as réussi de tuer le cadavre. Bon déjà Surkan veut simplement la tête, donc il va falloir que dans ton prochain post tu l'arrache du corps. Ensuite l'ascenseur semble bloqué, je veux ta réaction pour essayer de le faire repartir, mais c'est impossible! Il ne repartira plus à cause du courant qui a sauté. Ensuite arrive ce bruit de barre de fer sur la porte. Voilà à toi de voir comment tu vas t'échapper de ce là. Soit comme dans les films, tu ouvre la trappe sur le toit de l'ascenseur et tu grimpes, soit tu essai d'ouvrir la porte sachant qu'une chose t'attend derrière.




Psylek:
Quand à lui, il se retrouva rapidement embarqué dans une bâtisse de quatre étage dans laquelle une voie semblait appeler au secour. L'apprenti jedi s'y engouffra sans remarquer la présence de Psylek qui le suivait à pas de loup. Arrivé au troisième, il fondit sur sa proie et lui découpa la tête à l'aide du tranchant de son sabre laser fraîchement acquis. Soudain, la voie qui hurlait à l'aide poussa un grand gémissement de douleur avant de s'éteindre dans les abysses. C’est alors, qu’il entendit, ou cru entendre, je ne peux rien affirmer, un retentissement poussé au milieu duquel il avançait. Mais, il y a eu quelque chose de plus horrible depuis son entré que les claquements, imaginaires ou non. Un silence, le silence du tombeau. Il n’aimait guère le silence mortuaire. Car, ce silence est aussi stressant qu’un dernier soupir. Ceci dura en effet quelques secondes après le cris, avant qu'un fracassant bruit de pas lourd provenant du dessus surgissent!! Boum, boum, boum...cela descendait vers lui à vive allure.

Hrp: Voilà, comme Aurion, félicitation tu as tué ta proie. Toi, tu possède déjà la tête grâce à ta lame du sabre laser. Tu es au troisième et tu entends les cris provenant du dessus, puis plus rien, plus des grand pas fracassant qui descende. A toi de voir ce que tu fais.




Mary:
Au moment où elle voulu rejoindre l'étudiant, un maître Jedi apparut. Jugeant son peux de chance de réussite, et ne voulant pas gâcher sa couverture, elle décida de reprendre son chemin. Lorsque, soudain! Un personnage singulier fonça sur elle. Il avait l'air de vouloir faire d'elle son jouet. Mary était désormais au sol face à ce montre sanguinaire!



Hrp: Je laisse une dernière chance, après ton perso sûbira le châtiment final. Un monstre venu de la brèche ta prise pour cible.


Ven 4 Avr - 14:37 (2008)
Aurion
~*étudiant(e)s/côté obscur*~

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2008
Messages: 96
Localisation: Nul part ailleur

Message Amusons nous.... Répondre en citant
… Revenez avec leur tête en main, ou ne revenez pas !…

Il sourit. Bizarre : Surkan ne voulait que la tête, cela aurait corsé les choses de ramener le corps entier. Mais qu’importe.

Il sortit la petite dague de son étui. Avec les gestes d’un médecin prodige il découpa la chair du cou, le plus dur serait la colonne vertébrale. Le sang coulait seulement un peu, le cœur ayant arrêter de battre il n’était plus qu’un liquide obéissant aux lois de la gravité.

Elle était déjà abîmé, mais elle restait la partit la plus compliquée à couper. Il enfonça délicatement le couteau entre deux vertèbres du cou.

D’un coup sec, il sectionna le nerf vertébral. Il lima les parois des os reliés entre eux jusqu’à ce qu’il cède. Les étages passaient toujours : 31, 32… Il n’y avait plus qu’à découper minutieusement…

Un gros bruit ! L’ascenseur arrêta sa course de façon chaotique. Aurion très concentré n’avait pas bronché. Mais les mouvements lui avait fait arracher la tête : le tout laisser paraître un travail de bourrin forcé, et non d’artiste.

Un rictus de mécontentement faillit prendre place sur son visage. Mais une impassibilité revenu l’en empêcha. 33, il était au 33ème étage.

Il prit la tête délicatement, perça un petit orifice derrière le crane puis fit passer un fil entre les deux os constituant la mâchoire. Au moins elle resterait accroché à lui.

Les lumières s’éteignirent dans un grand fracas. Les plombs avaient sauté, quelle camelote : un petit problème planétaire et plus rien ne marchait. Quelque chose n’était pas normal, non et les bruit métalliques qui atteignirent ses oreilles quelques seconde plus tard lui confirmèrent son sentiment.

Il était en insécurité. Il n’aimait pas ça, il n’aimait pas ne plus contrôler la situation. Les bruits se faisaient insistants. Peu de choix s’offrait à lui. Attendre, mauvaise idée peut être que la personne qui maniait la barre ou autre chose en fer était un ennemi, d’autant plus qu’un cadavre jonché l’ascenseur.

Fuir ? il n’aimait pas cette hypothèse non plus. L’interstice qui lui aurait permis cela était équivoque et bien voyant, mais se posait plusieurs problèmes : que se passerait-il si l’ascenseur redémarrait ? Y avait-il une sortie ?

Il allait prendre un compromis. Il fit sauter la trappe et d’un mouvement souple, presque félin, se hissa au dessus. Hum rien d’apparent juste un noir épais. Les coups se faisaient de plus en plus insistant.

Il redescendit et hissa, avec bien des difficulté, le corps mort de la femme. Heureusement pour lui elle n’était pas bien lourde. Il l’a mis bien à l’écart pour qu’elle ne le gêne pas s’il devait faire des actions rapide, puis il redescendit encore une fois et se mis à nettoyer le peu de sang se trouvant par terre. Grattant au couteau le sang sécher et essuyant le liquide de son jean.

Il s’arrêta seulement lorsque les coups donner à la porte la mirent en danger et que de grosse bosses se faisaient visible. Le sol était presque parfait. Il remonta doucement le long de la trappe et la referma presque entièrement, laissant un petit jet de lumière éclaircir l’endroit où il se trouvait et lui permettant en même temps de voir à l’intérieur de l’ascenseur.

Puis attendant que la porte de l’ascenseur soit complètement abattue il retourna à son cadavre. Minutieusement il découpa la poitrine de la femme de telle sorte à arriver au cœur. Chose faite il découpa les artères principales et sortit le cœur du corps de la jeune padawan.

Il le regarda longuement, portant une oreille tout de même attentive aux coups donnés.

- Les cœurs sont sensés contenir la force d’une personne. D’ancienne peuplade mangeait, en ce sens, le cœur de leurs ennemis pour se rendre plus fort. Pourquoi ne pas essayer ?

Puis il le porta à sa bouche et arracha une grande partit du ventricule droit, le goût du sang lui plut : sûrement les conséquences de la rencontre et de la fréquentation de Surkan. Surkan, décidément tout revenait à lui ces derniers temps.

Il finit le cœur rapidement, bien entendu il ne sentit aucun changement en lui : c’était un rite, marrant mais un rite. Mais… Qui sait ?

Par contre la porte elle, allait céder. Se rapprochant de la trappe à peine ouverte il se tint prêt à une quelconque action. Soit il fuirait en grimpant, soit il attaquerai, soit il sympathiserai, soit il attendrait… L’avenir était vague et plein de chemin restait encore possible. Mais il savait qu’il emprunterait le bon.


[ HRP : A toi Psylek, hate de continuer. ]

_________________


Les croix que vous voyez orner mon prénom sont juste les croix qui orneront votre tombe. Mes sincères salutations.

Sam 5 Avr - 23:12 (2008) Yahoo Messenger
Psylek
~*étudiant(e)s/côté obscur*~

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2007
Messages: 69

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Rythmée par la cadence en continue d’un pang…pang…pang…le jeune homme ramassait la tête gisante du jeune défunt apprenti. Il ne pouvait s'empêcher de faire attention à ce bruit infernal qui flottait dans l'air en bruit de fond. Sonorité inquiétante, pour lieu inquiétant .De plus, l’atmosphère oppressante était grandement accrue par les bruits de pas résonnants sous forme d’écho grave et caverneux au sein de l’antichambre pontifiante.

Bientôt, les quelques anémiques rayons de lumières qui osaient s’aventurer à travers les carreaux des vitres salies et livide disparaissaient dans cet abysse de noirceur. La nuit était propice à la réflexion, au silence, à la peur aussi. C'était dans l'obscurité qu'on dort, qu'on se tait, qu'on voit les fantômes. Peu à peu, ses yeux s'habituèrent à l'obscurité, de cette pièce morte, mais il ne comptait pas y rester.

Le grondement satanique lui rappela l’endroit où ils se trouvaient. L’agitation et le vacarme des extérieur l'ayant quelques peu sorti de l’oppressante situation. Il n'avait qu'une chose à faire s'occuper d'obéir aux ordres de Surkan. Pas le temps d'attendre de voir ce qui pouvait être l'origine du bruit. Il y avait plus grave qu'un bruit de pas, il y avait le couroux du guerrier sith. Oui, rien ne lui faisait plus peur que de devoir parraître faible aux yeux de cet homme.

D'un mouvement rapide, il fit volte face pour courir en direction de la fenêtre qui se trouvait à son étage. Puis, il plongea dedans, la brisant dans son envol. Il était de nouveau au milieu de la foule. La tête du padawan dans sa main gauche, son sabre laser dans la droite. Il n'avait plus de temps à perdre.

Le quartier marchand était toujours autant épris par la terreur ambiante qui régnait sur cette planète. Le chaos sonnait le glas, et les sith profitaient de se moment d'inadvertance des jedis pour semer un peu plus le trouble. Hum, quelle plaisir! Quelle joie de pouvoir se balader tête en main, sans être la proie d'un valeureux Maître de la Force. Psylek jubilait. Il grandissait un peu plus chaque jour dans le côté obscur. Un jour peut être, qu'il tiendrait dans ses bras, celle de Surkan...peut être.

Cependant, le subordoné de Blood totalement absorbé par l’univers continuait d’avancer, encore et encore, ne se souciant guère des cris et des massacres qui l’accompagnaient. Il paraissait tellement absent, qu’on aurait pu croire que le sort des gens présents, ne l’ébranlait point. Il suivait son chemin, attirait par une force indescriptible et invisible, voir inexistante. Psylek restait silencieux, toujours à l’affût du moindre mouvement suspect. Il n’avait pas peur, mais le chemin ardu et la chaleur ambiante calmait son enthousiasme précédent. D’ailleurs, il essuya la sueur qui ruisselait sur son front, en se demandant ce que lui réservait encore cet homme maléfique vers lequel il se dirigeait.

Bientôt, il n'était plus qu'un point à l'horizon du quartier Ouest. Sa route le menait vers l'entrée de la cité, et, ses pas se faisant de plus en plus vif étaient pressé d'aborder le cadeau à son vénéré mentor. Il espérait être aussi le premier à ramener le fameux césame, surtout arriver avant la Mary qu'il détestait plus que tout.


Jeu 17 Avr - 17:30 (2008)
Surkan
~*Guerrier Sith*~

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2007
Messages: 63

Message Amusons nous.... Répondre en citant
Après avoir préparé ses petites épreuves Surkan s'avança vers la grande porte, sans un mot il s’adossa dessus. Il n’avait pas d’espoir que les sous-fiffres, oui c'est ainsi qu'il les considéraient, sortent en vie de leurs épreuves. Au pire il y aurait peut être un survivant, survivant qui allait mourir à la prochaine épreuve. Finalement s'occuper de ces gosses l'enchantait guère. Il émit un soupir avant de fermer les yeux.

Il resta ainsi suffisamment longtemps pour en devenir agaçé! Il se redressa d’un bond, comme poussé par ce zéphir chaleureux qui soufflait en ce moment même sur Tatooine. Des traces fugaces de haine ou d’une colère trop contenue apparaissaient puis mourraient sur le visage torturé du guerrier sith. Les démons étaient sortis, trop tard pour les anges. Il fallait tuer, tuer pour vivre, vivre pour être heureux.

A l'heure qu'il était, les apprentis devaient commençer à apprendre la souffrance. La vrai souffrance. Celle qu’on apprend en tuant, en entendant la mort approcher, en suppliant qu’elle vous laisse encore une dernière minute. Il vit alors sortir de l'allée ouest, une ombre, Psylek. Il y avait donc un survivant… Amusant !

Lentement, Surkan s'en approcha. Il avait effectivement réussi à ramener la tête d'un apprenti jedi. Comme si son action était un pécadille, le guerrier sith l'ignora. Il fixa un instant le jeune homme pour approfondir son ressenti. Il ne bougea pas, il se contenta de dire d’un ton qui ne laissait possible aucune repartie. Aucune réponses, rien. Il fallait obéir ou mourir, c’est tout ! C’est ça être un esclave de Surkan. « Suis moi et jette cette tête bordel!»

Il alla à la rencontre d'Aurion qui se situait au niveau du quartier Sud, celui de l'allée principale de la cité. Celui qui étaient le plus innondait de monde, et surtout dans lequel il y régnait le plus grand chaos possible. Un apocalypse épouvantable. Marchant sans faire attention aux présences futiles des proies hurlantes, les deux hommes arrivèrent bientôt devant le Mandalay Bay. L'homme s'arrêta un instant, se concentra pour localiser la faible aura du jeune homme. Il était au 33eme étage. Mais surtout, il était encore en vie!! Etrange, vraiment très étrange. Peut être que finalement le jeu, allait gagner en intérêt. Fracassant la porte de l'ascenceur bis, il ouvra une brèche pour éviter de se taper le total en escalier. Avant de s'y engouffrer, il se tourna vers Psylek pour lui dire:

"On va sauter d'ici au trente troisième étage. On doit faire vite, car si les ascenceurs se mettent à refonctionner, nous serons alors des victimes potentielles. Pour décupler ton saut, il suffit de bien gérer la Force et te concentrer au maximum pour rendre la gravité plus importante et donc baisser la pesanteur. Au fait, c'est soit t'y arrive, soit tu te tapes les trente trois étages à pieds. Bonne chance"

D'un bond spectaculaire, il s'éleva dans les hauteur disparaître dans la noirceur du conduit. Quelques secondes plus tard, alors qu'il venait de fracturer la porte de l'étage, il vit le mioche réussir son saut. Tant mieux pour lui. Les deux acolytes étaient donc enfin à l'étage dans lequel était prisonnier Aurion. Mais, à peine étaient-ils sorti qu'un affreux gugus les attendaient, tapant comme un dingue sur la porte de l'autre ascenceur sur leur droite.

"Commence à me gonfler les morts..."

Surkan n'avait pas de temps à perdre. Sortant sa lame rouge, il se rua alors sur le revenant pour le découper d'un coup latérale. En moins de temps qu'il ne le fallu pour le dire, la chose jonchait le sol, tapissant de son liquide vert les murs du couloir. Puis, profitant que la lame soit allumé, il l'introduit dans l'acier de la porte pour la faire fondre. Fragilisé, celle-ci ne tarda pas à rompre sur un violent coup de pied.

« Sors de ton troue à rat. Suis moi » Aucun ton particulier, neutralité totale, pas d’esquisse de sentiments. Rien, pas même un sourire. Il alla ensuite vers les installations sportives de Pod Racer, et il vit alors la piètre performance de la jeune femme, il nota. Le deuxième monstre qui ressemblait étrangement à une chose que Surkan avait vu dans un film de série Z, ne fit qu’un tour devant la puissance du guerrier sith. Deux trois mouvement plus tard, il avait recomposé l'équipe initiale. Il dit alors :

« Bien, je vous adresse toutes mes félicitations… C'est la première fois que j'ai des apprentis aussi doués. Et surtout aucun d’entre vous est mort. Comme vous le savez, en règle général je m’arrange pour me débarrasser des plus faibles, je préfère travailler à effectif réduit. N'est-ce pas, Mary?!»

Le ton était changeant cette fois. Oui, elle n'avait aucune tête dans les mains. Elle n'avait pas remplie le contrat demandé par cet homme sans scrupule. Elle n'était donc plus d'aucune utilité aux yeux du sith. Soudain, il disparut pour réapparaître derrière la jeune fille. Positionnant sa main droite sur sa bouche, et sa main gauche sur ses seins grandiose. Son visage s'approchant lentement de ses oreille, il lui dit fortement:

"Ton corps de bimbo m'agace...tu sais pourquoi?! Parce que j'ai pu lire dans le regard de Jachiru qu'il l'appréciait, et qu'il aurait bien aimé y goûter. Jusqu'à présent, peut être lui t'a t-il fait des cadeaux. Mais avec moi...c'est la mort qui t'attend."

A peine avait-il fini ses paroles, que la lame rouge la transperça de part en part. Les deux apprentis voyait celle-ci sortir du ventre de la jeune femme qui agonisait lentement. La souffrance. Surkan aimait ce mot. Mais lui, ne l'employait pas, il le faisait vivre. Un démon parmis les démons. Un psychopathe plus dangereux que n'importe quel revenant sur cette planète. Puis, il éteigni son sabre, avant de jeter au sol, Mary. Elle n'était pas encore morte, et se vidait sous les yeux des deux autres. Le guerrier sith ajouta alors:

« Attention je ne tolère pas l’échec, et sachez que je n’aurais aucun remord à vous détruire dès l’instant où vous ne me plairez plus… Comme pour cette vulgaire poupée qui salie le trottoir...»

Quelle triste fin pour une femme que de finir telle une prostituée dans un caniveau. Mais, c'était les risques encouruent lorsqu'on s'aventurait dans les impitoyables jeux du démon au long cheveux blanc. Désormais, ils n'étaient plus que deux. Peut être bientôt, il n'y en aurait plus, qui pouvait savoir ce que l'avenir, ou Surkan réservait encore à Psylek et Aurion. D'ailleurs, cela n'allait pas tarder à exploser aux yeux des garçons:

"Rendons nous à l'Astroport. Je sens trois Force positives qui arrivent. Marine Amenta, Angelus et Kaizer Skywalker ne vont pas tarder. Là-bas, ils vont s'en nul doute vouloir s'en prendre à celui qui est à l'origine de se désordre. On va profiter de cela pour les anéantirs. Je suis bien trop faible pour tuer Kaizer, mais je sais que Blood nous y attendra. J'ai capté sa méditation. Ainsi, je m'occuperais d'Angelus. Et vous, vous devrez tuer Marine ou mourir!!"

Puis, il s'élança à nouveau vers l'extérieur du village...

Hrp: Voilà votre dernier post ici avant qu'ont rejoingnent l'Astroport pour le duel final de cet event. Je veux vos réactions quand je viens vous chercher à tour de rôle. Comment vous réagissez à ce qu'en fait, Surkan s'en foutent des têtes. Puis, après à la scène ou Mary meurt de ses mains. Puis comme d'hab quoi...

Vous l'avez compris,la suite sera hyper risquée car Marine Amenta est un joueur/modo de niveau Jedi. Bien sûr, vous serez deux contre un!



Jeu 17 Avr - 18:36 (2008)
Contenu Sponsorisé






Message Amusons nous....

Aujourd’hui à 19:56 (2016)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    Chevalier Jedi V3 Index du Forum » Championnat Interplanètaire de POD RACER » Ville Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers: 

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com