Chevalier Jedi V3 Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Saeleen

 
Répondre au sujet    Chevalier Jedi V3 Index du Forum » Coruscant » Votre présentation[OUVERT] (1 place) Sujet précédent
Sujet suivant
Saeleen
Auteur Message
Saeleen
~*Etudiant(e)*~

Hors ligne

Inscrit le: 17 Sep 2007
Messages: 5

Message Saeleen Répondre en citant
Informations identité

  • Nom : Inconnu
  • Prénom : Saeleen
  • Surnom : Sae ou Leen
  • Âge : 16 ans
  • Sexe : Féminin
  • Planète d’origine : Tatooine
  • Ancienne occupation : Esclave
  • Liens familiaux : Aucun
  • Liens avec sa planète d’origine : Plus aucun
  • Race : Humaine
  • Affiliation : Ordre des Jedi
  • Signes particuliers : Divers tatouages
  • Maladies ou allergies : Aucune connue à ce jour
  • Handicaps : La lecture et l'écriture.
  • Phobies : Claustrophobie




Informations approfondies

  • Description physique :
    Saeleen est loin d’être du genre imposante. Elle ne mesure qu’un mètre soixante-deux pour un poids approchant les cinquante-sept kilos. Une jeune fille pas bien grande ni bien musclée, en somme. Mais il faut avouer que sa vie, jusqu’à présent, n’était pas pour l’aider à se développer dans ce sens.
    Sae a donc des cheveux mi-longs, retenus par un bandeau rougeâtre, totalement blancs. Les caprices de la nature l’ont voulu ainsi… Sous des sourcils noirs et fins, on trouve, logiquement, les yeux de la jeune fille. Fins eux aussi, la pupille alerte, de couleur noire, Saeleen à l’air, si on se fie à ses yeux, de quelqu’un qui a l’habitude de scruter un peu partout à la recherche du moindre danger potentiel. Et pour cause… Mais pour savoir pourquoi, il vous faudra lire l’histoire. Sous son œil gauche se trouve une marque, une sorte de tatouage en fait. Il s’agit d’une spirale, d’un couleur assez proche du cyan.
    Sur son nez, assez petit et fin, Sae a un pansement. En fait, à la base elle l’y avait mit pour une blessure, mais finalement c’est devenu une habitude, un style qu’elle a gardé. Sa bouche est relativement fine également, et est d’une couleur légèrement rosée de façon naturelle.

    Sa peau est un peu bronzée, du fait de sa planète d’origine, et son corps est recouvert de multiples marques comme sous son œil gauche. Saeleen en a une au niveau du nombril et sur les hanches, ainsi que quelques unes sur les jambes, les bras, la poitrine et le dos. Mais l’endroit le plus recouvert est sans aucun doute ses mains, car chaque doigt est orné de deux ou trois cercles, et un autre sur le dos de chaque main, comporte un point en son centre.
    Personne ne connaît l’origine de ces marques, puisque Sae est née avec, apparemment.


  • Caractère :
    Saeleen est très marquée par son enfance. De ce fait, elle est constamment sur ses gardes, à l’attention du moindre mouvement suspect autour d’elle. Généralement pour les rares personnes qui le remarquent, cela passe pour de la paranoïa pure et simple, mais en vérité ce n’est pas cela. Juste une habitude dont elle n’arrive pas à se détacher.
    Du fait de sa récente liberté, elle est tendue entre deux extrêmes. Par moments, elle peut se montrer particulièrement serviable, exécutant les ordres sans relever d’objections et sans broncher. À d’autres, elle est une vraie tête de mule, refusant catégoriquement de faire ce qu’on lui demande. Dans de tels cas, même la frapper ne la ferrait pas bouger, puisqu’elle a connu cela durant son enfance. La meilleure des solutions reste de jouer sur sa faiblesse.

    Cela ne signifie pas pour autant que Sae soit peu sociable, au contraire même. Du fait de sa nouvelle vie, elle se montre plutôt curieuse des choses et des gens qui l’entourent. Elle aime bien faire de nouvelles rencontres, parler à des gens, mais aura tendance, par habitude encore, à se montrer légèrement froide ou méfiante. La première impression a souvent une grande importance sur la façon dont elle se comportera avec les gens, puisque, bien qu’elle ne soit pas totalement butée, elle ne fait pas preuve d’une très grande ouverture d’esprit.

    En cas de conflit, Saeleen est plutôt du genre à provoquer en duel au lieu de chercher à discuter. Mais elle n’est pas inconsciente, et si elle voit qu’elle n’a aucune chance alors elle s’abstiendra de chercher des ennuis. Néanmoins elle ne se gênera pas si elle est à égalité, ou supérieure.
    Si elle ne perd pas de temps à essayer de régler un conflit par les mots, c’est parce qu’en temps normal Sae parle peu. En dehors de ses discussions avec les gens qu’elle connais ou veut apprendre à connaître, elle se montre rarement très loquace, et pense largement plus qu’elle ne dit.

    Venons en maintenant à la faiblesse de Saeleen. Ayant passé une enfance très pauvre, elle a un très gros faible pour les gains de toute nature. Qu’il s’agisse d’argent, de nourriture, d’objet ou de quoi que se soit, elle est relativement influençable sur ce plan. C’est d’ailleurs un des meilleurs moyens de lui faire faire quelque chose quand elle n’en a pas envie.
    De plus, elle a des tendances cleptomanes. Pour ceux qui ne connaissent pas ce terme, cela signifie qu’elle ne peut parfois pas résister à l’envie de voler un petit objet facilement dissimulable, et qu’elle le fait sans même s’en rendre compte.

  • Voie du Jedi : Ne jamais plus laisser quelqu'un disposer de la liberté d'un autre.

  • Aime : La liberté qu’elle a acquise, les gains, découvrir de nouvelles choses.

  • Déteste : Être enfermée, être dans des espaces trop réduits ou sans issue facilement accessible, que l’on remette en question son droit à la liberté.



  • Histoire :

    Normalement, chaque histoire commence par une naissance, ou du moins vient-elle assez rapidement. Cependant, pour Saeleen, c’est différent. Son histoire à elle, commence tout autrement.


    Chapitre I : Un vie « Normale »
     


    Saeleen n’a jamais connu ses parents, de même qu’elle n’a jamais su d’où elle venait. D’aussi loin que remonte sa mémoire, elle a toujours appartenu à Dobango, un revendeur de la planète Tatooine. Elle ne savait pas comment elle était arrivée là, ni même comment cet homme l’avait obtenue.
    Car oui, Sae n’était alors qu’une esclave. Élevée depuis toujours pour n’être rien de plus qu’un serviteur, elle n’avait pas besoin de connaître ses origines. Elle appartenait à cet homme, qui en disposait comme bon lui semblait, c’était tout.

    On aurait pu comparer Dobango à un porc. Pas très grand, mais avec une bedaine compensant largement, il était loin d’être le maître idéal. Violent, capricieux, peu scrupuleux et surtout totalement irrespectueux envers Saeleen. Pour lui, elle n’était pas plus importante que les marchandises qu’il écoulait. Quiconque y aurait mis le prix aurait pu l’avoir, comme n’importe quel objet.
    Après tout, elle n’était pas extrêmement utile. Sa seule fonction, officielle du moins, était de nettoyer la boutique de l’homme et sa maison. En « échange », elle avait des restes de repas et un coin dans une pièce sombre et humide pour dormir. Eh oui, Dobango était l’archétype même de l’esclavagiste, sans aucune considération pour Sae.
    Mais là où il y avait une utilité officieuse, c’était que cette petite lui servait également à se défouler. Dés qu’une négociation se passait mal ou qu’il perdait quelque chose, elle la frappait pour décompresser. À d’autres moments, il disait lui faire « l’honneur de sa couche », si vous voyez ce que je veux dire. Formatée depuis toujours pour ne rien dire, Saeleen se laissait docilement faire, n’ayant de toute façon aucun autre choix. Elle n’aimait pas le traitement que l’on lui faisait subir, bien entendu, mais que pouvait-elle y faire ? Même si nombre d’autres esclaves étaient mieux traités qu’elle, la compassion n’était pas pour les marchands de Tatooine, donc elle n’avait à attendre aucune aide.

    Chaque jour se ressemblait. Très tôt, Sae était réveillée à coups de pieds pour commencer à préparer à manger pour son maître, puis elle passait sa journée à nettoyer la boutique et à ranger les marchandises. Si elle finissait assez vite pour qu’il lui reste du temps, elle remettait de l’ordre dans la maison puis allait faire des courses s’il le fallait. Après quoi Dobango lui trouvait toujours d’autres tâches.
    Il lui répétait sans arrêt ce qui lui arriverait si elle ne finissait pas tout avant le soir : elle finirait une fois de plus dans son lit. Mais comme l’homme rajoutait sans cesse de nouvelles choses, Saeleen ne pouvait, bien sur, jamais finir à temps. En un mot, il s’arrangeait toujours pour la frapper ou la violer.
    Jamais elle n’en parlait. Cela lui avait été formellement interdit, et ce que son maître lui promettait, si elle avait le malheur de laisser échapper quoi que se soit, lui passait l’envie d’essayer.

    Quand Sae passa ses 14ans, elle fut surprise d’entendre, parfois, des gens essayer de l’acheter. Cela n’avait jamais été le cas avant, ou très rarement. Mais depuis ce moment-là, les demandes devenaient plus fréquentes. Cependant, ce que demandait le maître était beaucoup trop pour les clients. Comme quoi, il avait beau répéter qu’elle ne valait rien, il ne comptait pas la céder pour rien non plus.

    Un jour, alors qu’elle avait assez travaillé pour en arriver à faire des courses, elle croisa un des clients qui avaient essayé de l’acheter. Cet homme ne semblait pas venir d’ici, à en voir le teint qu’il avait. De plus, la chaleur de Tatooine semblait l’ennuyer. Elle se souvenait qu’il avait particulièrement insisté durant les négociations, avant de devoir abandonner, faute de moyens suffisants. Saeleen ne s’éternisa pas à l’observer et fit ses achats : si elle ne se dépêchait pas, Dobango serait furieux et la frapperait.
    Cependant l’homme ne l’entendit pas de cette oreille, et s’arrangea pour faire un bout de chemin avec elle, l’air de rien.

    « Tu sais, le traitement qu’il t’inflige n’est pas normal. »
    « … »
    « N’as-tu donc pas de langue ? »
    « Si. »
    « Ah bien. Alors ne penses-tu rien de ce qu’il te fait subir ? »
    « Non. »
    « Pourquoi ? »
    « J’ai toujours vécu ainsi. »
    « Donc pour toi c’est normal, puisque cela a toujours été ? »

    Sur quelques simples questions, il avait mis à mal le calme de son interlocutrice. Jusqu’alors, elle ne s’était jamais réellement penchée sur la question. Elle acceptait stoïquement, puisqu’elle n’avait jamais connu autre chose, mais elle n’avait aucune idée de si c’était un traitement normal ou pas.

    « Je… »
    « Oui ? »
    « … Je ne sais pas… »
    « Je suis sur cette planète pour encore quatre jours maximum. Si tu veux avoir une meilleure vie, fais-le moi savoir d’ici là, je ne serais jamais très loin. »
    « Pourquoi est-ce que vous… »

    Quand Saeleen se retourna, tout en parlant, l’étrange homme avait disparu.
    Elle voulait lui demander pourquoi lui voulait l’aider, pourquoi il faisait cela pour elle. Se soucier d’une esclave n’était pas une chose commune ici, sur Tatooine. Elle n’arrivait pas à comprendre.


    Chapitre II : Décision d’une nouvelle vie
     


    Deux jours passèrent sans qu’elle ne puisse se décider. Devait-elle croire cet homme ? Après tout, dans un sens, toute autre vie devait être meilleure que celle-ci, mais cela valait-il la peine de prendre le risque de perdre le peu qu’elle avait déjà ? Durant les deux premiers jours donc, elle ne cessa de repasser encore et encore cette question dans sa tête.
    Le soir du troisième jour, après que Dobango lui ait encore une fois « fait l’honneur de sa couche », comme il disait, elle se décida à agir. Profitant du sommeil de son maître, elle alla chercher un couteau dans les affaires de celui-ci. Quelle ironie qu’il ait toujours eu assez confiance en son formatage psychologique pour ne pas craindre pour sa vie. Il allait comprendre son erreur.
    Quelques instants plus tard, Sae sortait de la maison de ce qui avait été son maître, laissant derrière elle le corps d’un homme à la gorge profondément ouverte, défiguré par des coupures, et émasculé. Sur le visage du défunt ne se lisait qu’une chose : l’horreur de voir que son meurtrier n’était autre sa propre possession, son esclave.

    Saeleen erra dans les rues durant quelques minutes avant que l’homme ne sorte des ombres.

    « Eh bien je vois que tu as enfin fait ton choix. Je commençais à croire que tu préférais cette vie. »
    « N’importe où serait mieux qu’ici. »
    « C’est bien vrai. Suis-moi. »

    La jeune fille accompagna son sauveur jusqu’à un vaisseau, en dehors de la ville. Une fois à l’intérieur, n’ayant jamais vu pareil engin, elle commença à s’intéresser à tout et n’importe quoi, s’étonnant de chaque chose qu’elle voyait. C’est en riant toutes les deux minutes des questions de sa nouvelle protégée que l’homme la conduisit jusqu’à Coruscant.

    « Au fait, je ne t’ai pas demandé ton nom. »
    « Et vous ne m’avez pas dit le votre. »
    « Ahaha c’est vrai. Je m’appelle Phate Damis. Et toi ? »
    « Saeleen. »
    « Saeleen comment ? »
    « Juste Saeleen. Je ne sais même pas si j’ai un nom. »
    « Oh… Esclave depuis la naissance, sans passé ni avenir c’est ça ? »
    « Je n’ai pas de passé, non. Mais il semblerait que maintenant j’ai un avenir, n’est-ce pas ? »
    « Qu’est-ce qui te fait dire ça ? »
    « Vous n’avez pas l’air d’être du genre à chercher une nouvelle esclave. »
    « Et si je cachait bien mon jeu ? »
    « … »
    « Ahaha bon d’accord j’avoue. En fait mon but n’était à l’origine pas de te libérer, mais en te voyant je n’ai pas pu résister. »
    « Pourquoi ? »
    « Tu me rappelle ma fille, qui est morte il y a quatre ans. »
    « … »
    « T’en fais pas, c’est plus un caprice de ma part qu’autre chose. Mais tu méritais tout de même une meilleure vie, et je pense qu’on pourra faire de toi quelque chose de bien mieux qu’une esclave. »
    « Comment ça ? »
    « Tu as déjà entendu parler des Jedi ? »
    « Oui, j’ai entendu mon maî… Dobango… En parler parfois avec des clients. »
    « Et bien je pense en toute honnêteté que tu pourrais peut-être en devenir un. »
    « Ah… »
    « C’est tout ce que ça te fait ? Ahahaha. »
    « … »

    Sae n’était pas dupe. Un Jedi, c’était quelque chose de grand. Il était clair que cela contrastait nettement avec sa vie précédente, mais elle avait envie d’y croire. Cet homme avait pu disparaître sans qu’elle le remarque, alors qu’elle était habituée à tout scruter. De même, il avait pu la suivre, l’observer, et la retrouver sans qu’elle ne se doute de rien. Donc s’il disait qu’elle avait une chance de devenir un Jedi, elle ne pouvait que le croire.

    Ainsi donc, Saeleen, ancienne esclave de Tatooine, fut amenée sur Coruscant par un homme étrange dénommé Phate Damis, dans le but de devenir, peut-être, Jedi. Il comptait l’héberger pour une période encore indéfinie, mais ne voulait qu’une chose en échange : qu’elle vive comme elle l’entendait et goûte au bonheur de la liberté.


    _________________


    Lun 17 Sep - 19:51 (2007)
    Publicité






    Message Publicité
    PublicitéSupprimer les publicités ?

    Lun 17 Sep - 19:51 (2007)
    Montrer les messages depuis:    
    Répondre au sujet    Chevalier Jedi V3 Index du Forum » Coruscant » Votre présentation[OUVERT] (1 place) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: 

    Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
    Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com